Une petite contribution ?

Chroniques BD
07
Avr
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Petit scarabée, écoute bien ce que je vais écrire (si, si, je suis sûr que c’est possible),

tu tiens avec La Ballade de la mer salée un des plus grands albums de bande dessinée de tous les temps, sortons la balance pour peser les mots, oui c’est ça, pile poil. Et puis si en plus on cite Coleridge et son Dit du vieux marin alors…!

Tu tiens aussi quelque chose d’exceptionnellement supérieur à la BD habituelle car on a là tout ce que l’on cherchait depuis les premiers Tintin et Astérix chopés au bibliobus de Cahuzac-sur-Vère : le rêve d’un roman d’aventures hors du temps (alors qu’il est précisément daté) et beaucoup de texte à lire, les personnages débarrassés la plupart du temps d’une morale qui gangrène tout et d’un humour potache dont on n’a pas (toujours) besoin, et puis les dessins uniques tout droit sortis d’un esprit érudit à part, inspirés des cultures et langages que Corto / Pratt rencontre, cela donne une idée du travail de recherche entrepris. Ah et évidemment ce noir et blanc absolument renversant qui fit toujours regretter à votre non-serviteur l’invention des autres couleurs.

Nous sommes en 1913, la guerre couve et certains ne rechignent pas à commercer avec les Allemands dans des contrées plus que lointaines. Le capitaine Raspoutine est de ceux-là, il se livre à la piraterie pour le compte du mystérieux Moine entre Papouasie, Nouvelle-Poméranie et Îles Salomon car après tout « quand cette guerre sera finie, qu’importe qui sera le vainqueur, nous serons riches ! ». Quand il recueille à son bord les adolescents Pandora et Caïn puis son ennami (c’est un concept : ©) Corto Maltese à la dérive après une mutinerie, ce n’est que le début de l’odyssée de gentilshommes de fortune immensément romantiques dans un esprit anarchiste droitier (les rebelles à principes ?) qui les honore.

Pieuvre, coquillage géant ou requin se feraient bien un steak de Corto Maltese mais celui-ci, depuis qu’il a lui-même tracé à la lame une ligne de chance dans sa main, semble favorisé par le dieu des voyages même si tous ne le voient pas du meilleur des yeux, le Moine finit même par lui dire : « tu es trop individualiste et indiscipliné. Tu es un subversif ! » ; Ras' est quant à lui un étrange bonhomme qui, malgré une absence de scrupules souvent sans borne, cherche à se faire des amis à sa manière. Sa technique pistolet au poing a sûrement un avenir au début d’un XXème siècle qui s’avèrera sur la plupart de sa longueur une vraie boucherie.

168 pages en N & B
ISBN : 2203332018

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac