Chroniques BD
26
Jan
2016

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Quel point commun y a-t-il entre Le Nom de la rose et Indiana Jones ?

Bon sang mais Sean Connery que diable ! Quel rapport avec la choucroute ? Ben cette couverture (peinte par Nadia Valentine) qui expose, outre la présence pileuse d’un Tatayet, une scène dans la droite lignée des Aventuriers de l’Arche perdue ou de la Dernière croisade de l’archéologue au fouet - version pulp - avec ses nazis et ses aventuriers dont un fait furieusement penser à l’affreux Ron Pearlman, le bossu polyglotte qui finit par s’éteindre après être mort sous les yeux de Guillaume de Baskerville.

Sinon à part ça le programme est explicite avec un titre pareil : des couilles, de la sueur, de la baston, des pirates à gros bide, des quéquettes invisibles, des îles trèèès accueillantes quand on sait s’y prendre, des gentlemen pervers, en fait un peu comme dans les bandes dessinées de gare à l’ancienne avec quand même au volant quatre mains foutrement (oui foutrement) douées, les frères Guedin excellent et on apprécie encore plus les détournements / créations de couvertures / affiches en pleine page qui fracassent les œils ! Ah, et au passage, l’avant-propos est signé Catherine Ringer.

A mettre entre toutes les paluches ADULTES (ou presque) friandes de déviances et d’humour destroy.

69 pages en noir et blanc, 17,50 €
ISBN : 9782370310385

 

T'as encore un moment ? Va aussi voir Les Frères Guedin (Editions Charette - 2009)  

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !