Chroniques BD
12
Déc
2016

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Revenu d'Extrême-Orient 1,

c’est cette fois vers l'Amérique du Sud que le destin mène Tintin, à l’occasion du vol d’un fétiche arumbaya. Quand celui-ci est restitué au musée, le reporter devine que c'est une copie. D'ailleurs, le sculpteur qui l’a exécutée est vraisemblablement assassiné et les tueurs s’intéressent maintenant à Tintin, comme toujours un petit peu trop curieux. Heureusement, « caramba, encore raté ! », qu'il se révèle plus malin qu’eux (ou protégé par une belle étoile franchement tenace). A peine arrivé au San Théodoros très instable politiquement, il est arrêté grâce à un guet-apens très bien ficelé, ses ennemis ayant le bras long dans l'armée du pays. Mais la révolution éclate soudain et le général rebelle Alcazar prend le pouvoir. Tintin, qui passe accidentellement pour un héros grâce à la puissante eau-de-vie locale, devient son aide de camp. Mais ses ennemis, ainsi que ceux du nouveau régime, sont déterminés à provoquer sa perte. Du pétrole ayant été découvert sur un territoire chevauchant le San Théodoros et celui du pays voisin, le Nuevo Rico, commence alors la valse des investisseurs et des marchands d'armes, la guerre est proche…

Alors que le début de l’histoire est plutôt du genre enquête policière (avec une apparition des ineffable Dupondt) il se mue ensuite en un récit d'aventure pur avec de nombreux rebondissements et plusieurs histoires dans l'histoire, de l’exotisme et des ennemis implacables (tiens, encore un sorcier de tribu pourri jusqu'à l'os), le tout saupoudré de l'habituelle touche d'humour d'Hergé à travers des « figurants » farfelus, des gags rigolos, (tiens, encore un perroquet farceur) et même à un moment une vision pas triste de l’Enfer.

Inspiré par les multiples guerres du Chaco qui font rage entre 1932 et 1935, Hergé fait mention de personnages réels qui joueront un rôle peu reluisant dans ce joli merdier, comme le marchand d'armes Basil Zaharoff, et crée pour l’occasion le personnage du général Alcazar que l’on retrouvera dans deux albums ultérieurs. L’Oreille cassée, s’il n’atteint pas les cimes du Lotus bleu, est tout de même un classique aux saillies comiques impayables.  

62 pages en couleurs, 6,95 €
9782203003088

1 après ses aventures dans Le Lotus bleu.

Les mots-clés :

Ajouter un commentaire
  • Aucun commentaire sur cet article.
×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !