Une petite contribution ?

Chroniques BD
30
Oct
2017

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

[Publié à l'origine dans Le Petit Agenda Aude-Biterrois de septembre 2017]

Une rentrée littéraire sous le signe de la bulle, et puis c’est tout !

Car chaque mois de septembre, cette « rentrée » équivalant à des centaines de nouveautés dont beaucoup iront nourrir les pilons nous indiffère toujours au plus haut point, pas besoin de « rentrée », de publicité outrancière ou de conseils pour faire son petit marché, il y a déjà tellement à faire chez les valeureux indépendants que nous laisserons donc les requins se bouffer entre eux.

Chez La Cafetière, on publie de Fabcaro les albums autobiographiques, les plus drôles s’il on peut se faire maître, et dans Pause, l’auteur nous fait part de son besoin de se remettre du succès (son petit dernier Zaï Zaï Zaï Zaï  ne tardera pas à atteindre les 100000 copies, un exploit qui ferait flipper n’importe quel auteur !), mais avec son inimitable façon de se mettre en scène il parvient surtout à nous faire marrer, merci pour ce moment Fab. [http://www.lacafetiere.org/]

Chez Sombrebizarre, on a repris en main la revue Speedball et on a filé, bien imprudemment, les clés de la bagnole à JessX, bien connu pour ses BD un rien trash et son humour ravageur. Ce petit onzième (wah, déjà !), intitulé Run bastard, run ! ne fait pas dans la dentelle et s’attaque, après un clin d’œil au Prisonnier 1, au thème de l’anticipation. De quoi parler, en effet de « nofuturologie » quand l’avenir appréhender est loin d’être rose. Un collectif doué pour les coups de poing à soutenir !

[http://www.speedball-mag.fr/]

1 voir Le Prisonnier de George Markstein et Patrick McGoohan (avec ce dernier dans le rôle-titre...) 1967-1968.

P. S. : concernant Fabcaro, Speedball, Sombrebizarre ou JessX, si vous taper ces noms dans la cartouche de recherche, on a SOUVENT parlé d'eux sur Nawakulture

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac