Tu payes ton coup ?

Chroniques BD
22
Nov
2017

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

[Publié à l’origine dans C Le Mag N°155]

Le titre est éloquent, mais on savait déjà tout ça avant. Ce petit - avant de devenir gros - animal à l’œil inquisiteur a beau tendrement ronronner et se frotter, le plus souvent violemment avec le haut de sa petite tronche, contre des chevilles qui manquent à chaque fois de vaciller et d’envoyer leur possesseur dans le décor, l’affaire est claire : le chat (oui, même toi Abdallah Balthazar Jaminoujajah) est un animal machiavélique, limite malfaisant.

Souvent voleur, exigeant, capricieux, psychotique, inquiétant, trouillard, vandale, frimeur, égoïste, opportuniste, jaloux, rustre, hédoniste, ridicule ou rancunier, cette compilation de défauts sur pattes ne laisse pas de fasciner le monde depuis d’innombrables siècles et cette sympathique toute petite bande dessinée en est l’énième preuve.

D’ailleurs quand on y pense les chagouins eux-mêmes le savent puisque s’ils se trouvent au centre de la pièce, pour une raison ou pour une autre (dormir ou manger, c’est selon…), ils deviennent immédiatement, comme les bébés, le centre de la conversation. Et en profitent lâchement pour taper l’incruste et / ou un truc à manger. Pour rajouter au masochisme ambiant, il faut bien l’admettre, c’est aussi et peut-être surtout pour ça qu’on ne pourrait envisager une journée sans boule de poils.

79 pages illustrées en couleurs, 5,95 €
ISBN : 9782035939692

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.