Tu payes ton coup ?

Documentaire
14
Fév
2014

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

[Publié à l'origine dans C Le Mag N° 111]

A la suite de sa biographie de Wagner dans la même collection (voir Wagner de Sylvie Oussenko et François Poncet (Eyrolles - 2013)), Sylvie Oussenko présente aujourd'hui la vie de Verdi, contemporain du premier puisqu'on fête également le bicentenaire de sa naissance en 2013. Né français grâce aux aléas napoléoniens de l'Histoire (qui le savait ? Je veux des noms !), il apprend le solfège avec l'instituteur / organiste de son village, dépasse le maître et devant le vif intérêt qu'il porte à la création musicale, il est inscrit dans un établissement à Busseto en 1823. Là, il progresse rapidement et compose ses premières pièces. Quand il gagne un concours de maestro de musica, il gagne aussi une épouse, il devient père en 1837 mais l'enfant meurt l'année suivante, avec Icilio, enfant né entre-temps, le couple part pour Milan. Bourreau de travail (dont il ne reste rien des débuts), il crée son premier opéra, Oberto, mais juste avant la première, son deuxième enfant meurt. Oberto est néanmoins un succès qui débouche sur un contrat. Jamais deux sans trois, c'est sa femme qui meurt finalement en 1840. Après une période de découragement que l'on subirait à moins, Verdi se remet au travail. Un giorno de regno est un bide mais Nabucco et les suivants le voient grimper les échelons de la reconnaissance publique mais aussi remplir les lignes dans son carnet de commandes ! Ceci ne manquera pas de fragiliser sa santé tout le long de sa carrière. Son ascension se produit en même temps que se formule le vœu fervent d'une unité italienne et d'une certaine façon influe sur les évènements alors que pendant ce temps les cachets de Verdi sont de plus en plus importants, surtout après son Macbeth, et il n'a de cesse…d'acheter des maisons et des terres comme un véritable gentleman farmer ! Il dit d'ailleurs être "compositeur faute d'avoir assez de force pour travailler la terre". Grand voyageur mais aussi homme politique, il se distingue pour avoir œuvré pour la protection des droits d'auteurs et même pour la fondation d'une maison de retraite pour les musiciens. Merci Verdi ! Aujourd'hui l'institution serait utile avec les zombies toujours en haut de l'affiche !  

 

208 pages, 10€

9782212548006

© GED Ω - 14/02 2014

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.