Une petite contribution ?

Fanzines
09
Mar
2017

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

[Publié à l’origine dans La Pieuvre du Midi N°41]

Banzaï VIII le terrible

Nan, death-y-dément, les grands éditeurs, les grands festivals, les beaux costumes et les cocktails, c'est pas notre truc. On serait plus du genre à farfouiller au sous-sol, l’underground c’est la vie, là où les petites racines pompent goulument l’énergie que ne vont plus chercher ceux qui vivent trop haut pour nous, cancrelats de l’ombre. Et figurez-vous qu’on aime aussi, mon prof de maths de quatrième en ferait une attaque, les additions : graphisme + fanzine = graphzine.

Autant dire qu’on rassemble dans le génial Banzaï de Montpellier les couleurs des peintres / dessinateurs / graphistes les plus dingues de la planète (on n’en citera pas un, de peur de vexer les soixante-douze mille autres) auxquelles on mêle en fin de cuisson l’encre-vitriol d’auteurs déjantés pour parfaire la recette : nouvelles, billets d’humeur, prose ou vers (le sol tiens, encore le sol), tout le toutim se rencontrant plein fer dans un coffret dantesque.

Car les 500 copies de Banzaï ne viennent pas seules dans les boîtes aux lettres ou les bras velus, Mad Series est du genre à torturer à la médiévale des yeux qui n’en espéraient pas tant : un coffret donc, en carton splendide orné d’illustrations du même acabit, le zine, qui s’apparente à un monstroplante de papier au toucher sensuel, mais aussi des posters dont nous vous réservons la surprise tant le procédé est visuellement mortel.

http://www.banzai-la-revue.com/ [munissez-vous d’un protège-dent]

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac