Chroniques romans
01
Déc
2011

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

« Un écrivain est responsable des mots qui serviront à décrire son style [...],

il doit empêcher que ceux qui le liront plus tard extrapolent n'importe quoi »... Ok, voyons voir...

« Le rythme est tout ». Et ici il est frénétique. La voiture volée par le personnage principal file-double-déboite pour rarement rouler à l'ombre des bahuts. Dans la seconde partie du récit, c'est la prise de l'hypno, une drogue psychédélique, qui détermine la vitesse de l'action, là encore fort rapide, et les trajectoires, parfois bien rock'n'roll. Le fil rouge dans ce journal mental d'un adolescent échappé d'un institut, semble-t-il assez sévère, ce sont les fantasmes érotiques que se fabrique le jeune homme sur la route vers la fête avec son pote Jean-Hubert, et les filles, les filles ! Fausse fin abrupte, conclusion marrante. 

« Je le constate avec horreur, j'ignore ce que je pense », et c'est comme ça que l'on en vient à imaginer un road-sitcom psyché, pourquoi pas à une télé-irréalité ? Oups, extrapolation ?

Nota fucking bene : Jean-Hubert est aussi le co-fondateur avec Sylvie Martigny des éditions Tristam, éminemment recommandées par la maison, une vraie mine de littérature inestimable qui part de Sterne, file vers Twain en passant par Ballard et Bangs. Nom de dieu !

 

125 pages

ISBN: 2879291453

 

© GED Ω - 01/12 2011

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.