Chroniques romans
05
Oct
2012

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

[Publié à l'origine dans C Le Mag #97]

Un complot menace l'empereur du Saint-Empire Joseph Ier. Un petit ramoneur italien, installé à Vienne depuis peu grâce à l'espion du roi de France Atto Melani qui l'a déjà entraîné dans de nombreuses aventures auparavant, se retrouve confronté à une histoire où les enjeux politiques et des comploteurs sans scrupule vont faire couler le sang de nombre de ses amis, mettre en danger sa vie mais aussi l'avenir de toute l'Europe en pleine guerre de succession d'Espagne.

Ce roman, troisième d'une heptalogie qui a déclenché avec ses premiers tomes un vrai scandale médiatique en Italie où il ne fait pas bon tenter de rétablir la vérité historique, montre l'abolition de la tradition noble de l'échec et mat: pas de quartier pour la grandeur d'âme d'antan, c'est la finance qui dorénavant décidera de la marche de l'histoire en éliminant quiconque menace ses intérêts et en manoeuvrant les souverains qui n'auront plus jamais la superbe des derniers grands monarques comme Louis XIV de France ou l'empereur Joseph Ier le Victorieux. La guerre de succession d'Espagne a épuisé l'Europe, le papier va l'achever car c'est le début du temps où la monnaie est convertie en papier à valeur affichée mais abstraite, adieu or et argent, la spéculation s'empare du continent qui va y perdre son âme et ses plumes.

On passe avec Veritas du roman historique au récit d'aventures avec une pointe d'espionnage mais malgré tous ces ingrédients qui feraient logiquement de ce roman une excellente surprise, on commence à s'ennuyer au milieu et on finit par languir la fin. Pas que cela soit mal écrit, loin de là, c'est juste que parfois avoir l'impression d'un incessant étalage d'informations nuit à l'intrigue qui aurait pu être largement raccourcie pour aller droit à l'essentiel: le suspense dans un décor dépaysant, la Vienne du XVIIIème ne laisse pas de surprendre d'ailleurs. Mais le ramage laborieux de cet ouvrage se rapporte à son plumage: un bouquin de deux kilos qui de fait découragera les sportifs du dimanche.

Après 700 pages, ce n'est d'ailleurs pas fini, l'érudition n'a pas de limites, les machines volantes, la vaccination, le château du Neugebaü et certains personnages évoqués se voient approfondis et les sources - toutes véridiques - listées. A réserver aux gros, gros, lecteurs et éventuellement, aux haltérophiles...

 

740 pages avec quelques illustrations en N & B, 24,90€

ISBN:9782259199933

 

© GED Ω - 05/10 2012

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.