Chroniques romans
12
Nov
2017

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Quelque part en Amérique du Sud,

Cyprien vient récupérer son vieil ami Léo à l' « aéroport » local et rejoint deux autres acolytes. Leur plan : détourner un train et braquer la banque d'un village de 2175 âmes (on y verrait presque un clin d'œil à Jim Thomson 1 hm ?) contenant le trésor du dictateur local. La guérilla de « l'Herbe Rouge » qui sévit dans le pays servira de bouc émissaire pour le braquage, emballé c'est pesé. Mais les noms d'oiseaux fusent entre les membres pas commodes du gang (« l'homme de la pampa, parfois rude, reste toujours courtois », ou presque !), ça promet une opération explosive !

Vipères au train est roman viril (qui a dit « de gare » ?! Qu'il se dénonce !) sympa même si pas exempt de clichés, on a de l'action mais aussi une réflexion politique livrée en filigrane, entre engagement et désenchantement, le tout dans une ambiance entre Le Salaire de la peur, 100 000 $ au soleil, L'Aventure c'est l'aventure, Un taxi pour Tobrouk plus un zeste du western européen tendance révolutionnaire (citons au moins Il était une fois la révolution ou Les Canons de Cordoba).

149 pages, 7 €
ISBN : 2915034141

P. S. : on a aussi ça en stock : La Vie est une immense cafétéria de Serguei Dounovetz (Aaarg! Éditions - 2015).

1 tiens, va voir 1275 âmes de Jim Thompson (Série Noire Gallimard - 2005).

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !