Tu payes ton coup ?

Chroniques romans
15
Avr
2010

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

[Publié à l’origine dans Coxerfly N°3] 

A l'angle d'une rue que l'on aurait pu nommer Morgue, l'Horreur rejoint le Fantastique et la Science-Fiction, deux autres membres d'un groupe obscur. Ce groupe s'apprête à entonner le Cantique des ténèbres.

Ce cantique met en scène Nito, une jeune fille qui croise sur sa route dans le Paris de 2016 à la fois Omar, chef de file de la Serre Couronnée, une branche de la Cour des Miracles qui s'est reconstituée et qui ne demande qu'à en découdre avec les autorités, et Léonard, âme damnée du ministre Nergal de Reynies, à la tête de la répression. On peut aussi croiser au fil du récit un cabaliste et son golem, un informaticien qui crée un monde virtuel échappatoire...

Ce roman appelle évidemment une suite que l'on s'empressera de se procurer tant le mouvement speed et intense y est réjouissant contrairement à beaucoup de nanars fantastico-gore écrits avec les doigts de pieds (les orteils, pour les scientifiques), celui-ci voit le rapprochement entre argot villonesque, poésie sombre, froideur clinique et langage moins soutenu. Ô joie de découvrir enfin que la littérature noire de chez noire a encore sa place dans les rayons, que le sieur Bernadac est à découvrir au plus vite (deux autres romans à son actif), la suite vite donc !

 

215 pages, 12 euros

ISBN: 9782842194734

 

© GED Ω - 15/04 2010

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.