Tu payes ton coup ?

Chroniques romans
11
Mai
2012

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Le camp de Medved' en Slovaquie est abandonné par les allemands en janvier 1945,

laissant à leur propre sort les prisonniers, affamés et déshumanisés. Mais très vite un des cent-cinquante prisonniers, Dankso, prend en main la destinée du groupe et dirige à l'aide des leaders des différentes communautés présentes dans le camp (tchèques, slovaques, hongrois mais aussi des antifascistes italiens, systématiquement isolés des autres...) une population meurtrie, déboussolée. Entrevoir la fuite est le premier réflexe mais le lieu, s'il n'est pas complètement coupé du monde voit chaque issue condamnée par les pièges mortels laissés par les allemands dans leur cavale. D'où l'instauration d'une république démocratique du Medved' avec pour rapporteur des évènements du camp le jeune Mathias qui ne tarde pas à décrire l'instauration d'un nouveau pouvoir tyrannique...

C'est un roman extrêmement original qui émerge ici au coeur d'un thème pourtant maintes et maintes fois abordé, un récit qui détonne par sa simplicité inexorable, sa faculté à viser le droit au but cher aux auteurs qui, moins des idées, veulent approcher leur microscope à plume de l'humain tel qu'il est à l'intérieur, les façons qu'il a également de s'adapter aux situations, quelquefois pour le meilleur, quelquefois pour le pire. La reconstruction d'une société à petite échelle permet le questionnement au sujet de diverses choses comme asseoir un pouvoir et le conserver coûte que coûte pour certains, supporter l'insupportable pour d'autres, conquérir sa liberté ou mourir pour quelques rares autres encore. Si le roman peut effrayer (les gentils) par sa noirceur, il étonnera ceux à qui un banal "c'était pas mal" ne suffit pas comme débat à la sortie du cinéma, de la bibliothèque, etc car enfin la situation décrite peut (et doit, suivant l'image que l'on a de l'espèce humaine) arriver n'importe quand, n'importe où. Vive la littérature qui parle mais vive encore plus et longtemps celle qui FAIT parler ! Lire délivre, n'est-ce pas ?! 

 

317 pages, 20,50€

ISBN: 9782259209755

 

© GED Ω - 11/05 2012

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.