Tu payes ton coup ?

InterviewsLes propos des interviewés n'engagent que leurs auteurs.
06
Mar
2015

[Publié à l’origine dans Abus Dangereux N° 133] 

 

[intégrale du texte] 

 

Malgré un cafouillage d’infos, la bonne nouvelle est de voir l’album sortir finalement chez Brennus Music qui a une sacrée écurie, comment êtes-vous entrés en contact ? Qu’attendez-vous de cette signature ? 

 

Fred : C’était à l’époque de notre premier album Make It Burning. On l’avait envoyé à plusieurs labels afin d’obtenir une distribution nationale. Alain Ricard est le seul à avoir répondu favorablement.
C’est aussi simple que ça. On a donc été chez Brennus pour nos deux premiers albums puis un label lillois nous a proposé de travailler avec nous pour la sortie de Raise The Veil. Ce qui nous a incité à quitter Brennus pour ce label, c’est tout simplement parce qu’il proposait une co-production. Sachant que nos albums sont auto-produits, un coup de pouce de cet ordre est toujours bienvenu ...
Puis, petit à petit, on n’a plus eu de nouvelles, plus de réponse à nos appels. Donc on est revenu vers Alain et il a accepté de nous reprendre chez Brennus. On ne se fait pas d’illusion à propos des ventes de disques mais être chez Brennus nous permet au moins d’être présent dans les bacs. 

 

Aldo : Oui nous sommes contents de retravailler avec Alain Ricard de Brennus, je dis retravailler car Make It Burning et Dirty Little Sister, nos deux premiers albums, nous étions déjà chezBrennus. Nous devions sortir Raise The Veil chez Great Dane, mais les mecs n’ont pas assuré. Ce label devait produire en partie ce nouvel album, mais à l’arrivée, ils n’ont pas tenu leurs engagements. Nous avons donc financé entièrement Raise The Veil. Nous nous sommes mis d’accord pour qu’ils s’occupent au moins de la distribution, histoire de limiter les dégâts. Mais là encore, après avoir accepté, ils n’ont pas fait leur travail, nous étions dégoutés. Nous avons expliqué à Alain de Brennus nos déboires et c’est tout naturellement qu’il nous a proposé de distribuer l’album. Alain est un mec super, qui ne promet pas « monts et merveilles » mais qui se tient à ce qu’il nous propose au départ. Nous attendons de cette signature que l’album soit un minimum distribué, même si les rayons de CD n’existent pratiquement plus, mais surtout que l’on puisse le trouver facilement sur le net. Alain est un passionné. Notre premier contact remonte à Make It Burning (2006), il a aimé immédiatement le style de notre musique et même s’il signe essentiellement du métal progressif, il a senti le potentiel de ZOE et il n’a pas hésité. Pour la petite histoire, nous ne l’avons jamais rencontré ! 

 

 

 

Si on se doute de vos influences à l’écoute de l’album, très axé rock (hard) à grosse guitares, quelles sont les choses qui inspirent vos textes et visuels 
(particulièrement réussis) ? De quoi parlez-vous ?  

 

Fred : Les textes relatent souvent les histoires du groupes vécues sur la route comme par exemple Dusty Truck qui est un hymne à notre camion et aux choses qui s’y passent lorsqu’on part en tournée. Certains textes sont un peu plus personnels comme Don’t Hold My Gaze qui relate une mauvaise rencontre après une soirée un peu trop arrosée ... Les thèmes sont assez variés et j’aborde tout type de sujet selon mes propres expériences. Cela dit j’évoque rarement des questions politiques, c’est pas mon truc. 

 

Aldo : Pour les visuels, j’en suis à l’origine. Je trouve les idées de base en essayant de ne pas tomber dans les clichés déjà existant. Je fais une maquette sur mon PC avec un logiciel de merde, car je ne suis pas infographiste. Je montre « les esquisses » au groupe et quand nous sommes tous ok, nous proposons à un artiste de travailler dessus (souvent une connaissance, un ami). De là, il s’empare de l’idée pour la développer, la sublimer. Pour le dernier artwork, c’est un ami de longue date, Dominique Perrin, « Zaz » pour les intimes, également bassiste de DEE N DEE. C’est un artiste qui s’exprime beaucoup à travers la sérigraphie. Pour Raise The VeilFred avait déjà le titre. Nous voulions mettre en valeur le fait que nous avions exploré d’autres facettes musicales, des grooves, des riffs, des tempos différents, d’où ce titre « lever le voile ». Nous nous sommes mis d’accord sur l’univers de la magie, car, comme un magicien, nous dévoilons progressivement les influences multiples qui font la force de ZOE, comme un magicien pourrait dévoiler ses tours ou sortir de son chapeau autre chose qu’un lapin blanc. 

 

Vous qui avez partagé l’affiche avec un sacré paquet de poids lourds devez 
forcément avoir un rapport particulier avec la scène, quelle est son importance pour vous ? Allez-vous tourner en support de Raise the veil ? 

 

Holy : Je dirai tout simplement que la scène est la raison pour laquelle je fais de la zic. Je ne veux pas dire que je fais des albums par obligation mais le pied que je prends sur scène, à jouer nos titres des plus anciens aux plus récents, n’est comparable à rien d’autre... mis à part le sexe qui vient en 1ère position ;-) 

Quand tu as une famille, ton groupe est comme ton 2ème foyer, le camion est ta 2ème maison, avec tout ce qui va avec ; le caractère de chacun, les rires, les engueulades, etc... Les tournées sont bourrées d’anecdotes et tout ça se retrouve sur scène. Tu ne peux pas toujours être au top de ta forme, mais quand tu te retrouves sur les planches et que le public répond à l’appel, humm c’est plein gazzz !!! 

 

Fred : On adore ça ! ZOE est vraiment un groupe de scène avant tout . C’est à chaque fois différent et que ça soit dans un petit club ou sur une grande scène ou qu’il y ait 10 ou 2000 personnes, on essaye toujours de donner le maximum d’intensité lors de nos concerts. Pour ce qui est de tourner en support d’un autre groupe, c’est pas d’actualité, mais si l’occasion se présentait on n’hésiterait pas ! 

 

Aldo : Nous adorons la scène, les morceaux de ZOE sont taillés pour celle-ci ! Quand nous composons on se dit « ouais ce riff va faire bouger le public » ou « yeah ce refrain sera scandé par les kids ». Nous aimons entrer en communion avec notre public, le faire bouger, lui donner le frisson « rock’n’roll » lui faire lever son verre en chantant Don’t touch my beer (break de Dusty Truck). Nous aimons nous donner ; mouiller le maillot ; ZOE n’est pas un monstre de technique mais un bulldozer composé de rythmiques qui te fait perdre la tête et de paroles rock’n’roll fédératrices. Nous voulons que les personnes qui assistent à notre gig oublient tous leurs soucis, s’éclatent, boivent de la bière et baisent dans les chiottes direct après le concert. Nous avons déjà fait une trentaine de dates pour Raise The Veil et nous sommes encore sur la route jusqu’à l’été 2015, encore du gasoil à brûler, du bitume à user, des fûts à vider et des personnes avec qui trinquer ! 

 

Site : http://zoestonerrock.bandcamp.com/ 

 

Chronique de Raise the veil : ZOE [Fra] Raise the veil (Brennus Music) 2014

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.