Tu payes ton coup ?

InterviewsLes propos des interviewés n'engagent que leurs auteurs.
30
Jan
2018

Nawakulture avait pour projet d'interviewer les trois groupes

à l'affiche du concert de Narbonne 1 mais le temps a manqué, VULCAIN a tout de même accepté de répondre à nos questions, c'est Marc Varez, l'excellent batteur du groupe, qui répond.

Salut ! V8 ne nous est malheureusement pas encore passé entre les esgourdes, que pouvez-vous nous raconter à son sujet ? Où a-t-il été enregistré et de quoi les morceaux parlent-ils ? Par ailleurs comment un morceau est-il composé chez VULCAIN ?

Depuis notre reformation en 2010, nous avons sorti un DVD live, En revenant, et avons pris le temps de composer un nouvel album. Les thèmes sont toujours dans une veine rock’n'roll avec des sujets comme le sexe, la consommation de produits festifs, la vie de tous les jours et donc un peu de constats sur notre société et la politique. Nous avons toujours composé en répétition et nous affinons en travaillant dans mon studio La Grange 69.

Une reprise du regretté Bashung est à noter. Après Dutronc sur Big brothers, n’y a-t-il pas moyen d’avoir un Johnny en ces circonstances de deuil quasi-national ? Non j’rigole, si vous deviez en choisir un là tout de suite sans réfléchir, ce serait qui ?

Effectivement une reprise de Johnny est pour nous sans intérêt… Quitte à faire une reprise, nous n’allons pas chercher du AC/DC ou du MOTÖRHEAD qui serait aussi sans surprise. Nous rendons plutôt hommage à des artistes français pour qui nous avons un grand respect artistique. Donc sans réfléchir, nous dirons Gainsbourg (il y a d’ailleurs un clin d’œil dans Sale temps pour les cons) ou encore Brassens.

L’album est semble-t-il sorti sur votre propre label, Desperado, n’est-on donc en France jamais mieux servi que par soi-même ? Aucun label n’a-t-il fait de proposition ou est-ce une décision prise par le groupe dès le départ pour avoir moins d’intermédiaires et dealer direct du groupe au fan ? Quant au booking, est-ce aussi vous qui gérez ?

Pour notre reformation nous avons retravaillé avec notre ancien label XIIIBis, mais le temps de faire l’album, le label à mis la clef sous la porte. Pas à cause de nous, je vous rassure. Nous savions qu’avec notre notoriété, nous trouverions facilement une distribution, alors nous avons décidé de produire nous-même. Nous avons recommencé l’expérience avec les 30 ans de Rock'n'roll secours 2. Effectivement, plus de clarté sur les ventes et moins d’intermédiaires, mais beaucoup de gestion. Nous signerons donc sur un label pour le prochain album. Le booking, c’est pareil, nous gérons pour le moment, mais je pense que nous travaillerons prochainement avec quelqu’un.

En parlant de booking, l’occasion pour les groupes de hard français se sont multipliées, des festivals se montent partout, 22 v’là le hard et sa vengeance après des décennies de vaches maigres ? Que pensez-vous de ce retour en grâce en parti dû à une jeune génération enfin fière de ses aînés ?

C’est cool, il se passe des choses. Certains sont conscients que si tu veux des choses, il vaut mieux les faire que d’attendre que ça vienne… Nous en sommes ravis !

Avez-vous commencé à réfléchir à un éventuel prochain album et les sujets qu’il aborderait ? L’autoproduction serait-elle de nouveau à l’ordre du jour ? 

L’album est prêt. Comme nous le disions, nous sommes en négociation avec des labels. Cela prend un peu de temps, mais nous ne sommes pas pressés. Mais en 2018, c’est certain.

Qui a-t-il eu l’idée de réengistrer Rock’n’roll secours ? Ça doit faire bizarre de rejouer des morceaux qui ne font plus partie du répertoire live depuis un bail non ? Cela vous a-t-il donné envie de revoir la setlist en faveur de morceaux anciens et quelque peu oubliés ?

Pour les trente ans de RNRS, nous cherchions une idée. Il y avait eu déjà des rééditions… Et Vincent nous lâche tout à coup : Si on le réenregistrait ? Nous avons d’abord souri et puis trouvé que c’était l’idée. Trente ans après, en trio, avec un batteur différent et forcément une autre approche. Nous avons toujours joué beaucoup de titres de cet album en live, mais il est vrai que cela à permis de remettre dans notre setlist des titres comme Bosser ou Overdose.

J’ai quasiment tous les disques de VULCAIN en vinyle mais reste-t-il des albums oubliés par les différentes campagnes de réédition CD de ces dernières années pour ceux qui voudraient compléter leur collection ? Par ailleurs, n’avez-vous jamais pensé à ressortir les démos, si vous êtes encore en possession des bandes, comme un document historique des tout débuts du groupe ? C’est toujours chouette de voir l’évolution des morceaux et cet exercice de style est très apprécié en ce moment ou quasiment TOUT ressort dans un élan de nostalgie et surtout de passion - certes tardive - pour la vague française des années 80.  

Nos démos des années 80 ne sont pas audibles. Et il ne faut vendre non plus n’importe quoi. En ce qui concerne les rééditions, ça fait partie du deal avec notre futur label…

Une nouvelle génération heavy français a surgi, par exemple TENTATION avec qui vous avez partagé l’affiche à Narbonne. Les connaissez-vous ? Vous tenez-vous au courant du renouveau actuel ? Un petit mot au passage sur FACE TO FACE qui étaient là aussi ?

Nous rencontrons beaucoup de groupes et c’est cool de voir qu’il y a des jeunes qui en veulent encore. TENTATION ou EXISTENCE sont des groupes intéressants dans leur genre. FACE TO FACE c’est un groupe qui a aussi une histoire et depuis le temps que l’on en parlait, nous étions heureux de faire cette date ensemble.

Que pensez-vous des fanzines et leurs pendants électroniques qui n’ont jamais lâché la barre et soutenu le groupe ? La presse kiosque vous ouvre-t-elle ses pages de temps en temps sans extorquer de contrepartie comme ça se voit de plus en plus ?

Les fanzines de tous genres ont notre plus grand respect pour leur investissement et leur passion. Mais je vous rassure la presse kiosque ne nous oublie pas non plus. Rock Hard nous a récemment consacré un dossier. Nous avons besoin de tout le monde pour continuer et avancer. Et bientôt crois moi, nous allons faire recouler l’ancre.

Les deniers mots sont pour vous, si vous avez des dates à annoncer, un message à faire passer aux lecteurs, cet espace est à vous ! 

Nous espérons que le prochain album vous plaira et que l’on se retrouvera sur la route pour plein de concerts. Nous avons encore du carburant et de quoi faire tourner le moteur. Et crois moi, nous ne sommes pas passé au diesel.

1 voir VULCAIN [Fra] + FACE TO FACE [Fra] + TENTATION [Fra] à Narbonne, dB le 20/01/18.

2 voir VULCAIN [Fra] Rock’n’roll secours 12’’ (Devil’s Recs) 1984 mais aussi VULCAIN [Fra] Desperados 12’’ (Riff Recs) 1985, VULCAIN [Fra] Big brothers 12’’ (Riff Recs) 1986.

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.