Tu payes ton coup ?

19
Oct
2017

Je tenais à saluer la mémoire d'un homme qui se foutait pas mal des apparences,

en tout cas de la mienne, pour le moins rébarbative pour la plupart des citoyens de « ma » ville pleine d'œillères, puisqu'il s'empressait toujours de venir me saluer et de me donner des nouvelles de sa famille dont je fus très proche quand son cadet était mon meilleur pote et que nous nous tapions, hilares, les grands classiques du film d'horreur ou du fantastique en VHS.

Claude, le plus bousquetin des bédariciens, un homme que je revois dans sa Coop’ où certains venaient s’asseoir sur ces fameuses chaises que j’avais oubliées Laurent, où nous allions acheter la fameuse grande bouteille de 33 Export consignée, malgré les risques que nos géniteurs se rencontrent et discutent immanquablement de notre nouvelle passion pour l'ivresse. Et question parents, j'étais bien placé puisque Maman avait même, lors d’une période de galère, aidé à faire la mise en rayon du petit magasin quand l’épicerie recevait sa livraison.

Claude, un homme bourré d’histoires à l'accent qui chante dont le sourire et la truculence dissimulaient mal un homme bon et fou de ses gosses, plus profond et timide qu'il ne le paraissait à ceux qui passaient comme souvent un peu trop vite sans accorder l'attention nécessaire à l'autre. Un homme que j'aimais bien croiser et entendre, et qui me manquera. Alors que le ciel se joint à nous pour pleurer ton départ prématuré, il est temps de te souhaiter bon voyage vers l'ailleurs, ciao Claude.

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.