Ged-ito

Mon constant intérêt pour la scène metal et ses périphériques proches comme les musiques industrielle et néofolk, le punk / hardcore, le noise et autres monstrueuses excroissances soniques m’ont amené à publier huit numéros du magazine Dead Church entre 1999 et 2004, lesquels le furent le plus souvent gratuitement, les échanges représentant néanmoins un part non négligeable.

Puis Internet est devenu le monde parfait pour toute une partie des intervenants de l’Underground Sombre. Les labels se désintéressaient des zines papier au profit de sites colorés et financièrement prometteurs au niveau de la pub, les groupes déjà pas forcément les plus ponctuels en profitaient pour oublier de répondre aux interviews sans parler d’une frange d’idiots qui considéraient que « payer » pour un zine, représentant une somme considérable de travail, était une action superflue voire du gaspillage.

La multiplication champignonesque des groupes / labels a rendu compliqué un tri qui se faisait automatiquement il y a quelques années. Comment s’y retrouver au milieu de centaines de sorties mensuelles ? Comment gérer l’afflux de kyrielles de groupes pouvant vomir une démo, un album avec pour seul armement le PC de Papa et une distro montée la veille au soir ? Il fut un temps où les zines, sans en surestimer l’influence, pouvaient peser dans la bataille et restaient avec leurs critiques les seuls garants d’un Underground fragile mais sincère, les promoteurs d’un esprit que je croyais intouchable.

Erreur. Mais je n’ai pu m’empêcher de continuer à livrer du papier malgré une pause de cinq ans consacrée à d’autres travaux d’écriture qui apparurent bien plus tard sous la forme des fanzines L’Occis Mort, [Sic], Enclume !, Papier Boul’vard ou Dead Fucking Church, l’ultime diptyque metal de mes écrits, ou celle des livres Les Ecolobeignes (2013), Bris de Bus (2014), A fond de train(s) (2015), La Route sans fin [Carnet 1 2011-2012] (2016) et les suivants qui se bousculent déjà au portillon.

Blog (P. W. A. H. !! - 2007-2015) et site (Church ov ze Dead - 2006-2015) sont aujourd’hui enfin rassemblés sous une seule bannière : Nawakulture.fr ! Bienvenue dans un monde où la culture tous terrains est la seule loi / raison de vivre. Ici, on dévore le bitume, les mots, les images et les bruits et on se fout quasiment du reste. Et, précision, ceci n’est pas un webzine, mais un webSITE : pas d’encarts de pub de toutes les couleurs et tout le tralala, ici c’est seul ET contre tous. 666.

NOTA BENE pour finir : NON, le monsieur n’écrit toujours pas sur les MP3, RAR et autres ZIP, conchie inévitablement les PDF et les adeptes de la dématérialisation, n’ira pas écouter ta musique sur un site ou mater tes derniers exploits scéniques sur toitube, il n’en a pas le temps, ni l’envie, et en vérité s’en tamponne complètement le coquillard et le reste. Digital artists and weekend warriors : STAY FUCKING AWAY !! I’m too old for this shit !! DIE !! 

Bonne lecture ?

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !