Chroniques CD
30
Nov
2013

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

[Publié à l’origine dans Abus Dangereux N° 132] 

C’est la fin, inexorable, celle du monde, des temps et de tout le reste. Vilagvege. C’est aussi le troisième album de RORCAL, chantre du doom le plus écrabouillant possible, avec le tempo exténuant d’un pachyderme à l’agonie et l’implacable noirceur d’un post-hardcore frotté au black metal rouillé et dissonant, un éprouvant cocktail qui t’embarque dans un train plombé sans retour, traversant des paysages grisâtres secoués de glace et de feu, les dépressifs claustrophobes apprécieront sûrement autant que l’auteur de ces lignes qui prit grand plaisir masochiste à l’écoute de cet album livré en plus dans un emballage terrible, incluant boite cartonnée et support CD original. Bravo. Ainsi que pour avoir exhumé le grand Schnittke pour la bonne cause. 

 

http://rorcal.bandcamp.com/album/vilagvege

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

funès comédie yves robert navet