30
Nov
2017

Il y a aujourd'hui quelque chose de plus lourd,

c'est mon cœur, que les énormes sacs de déchets verts que vous remplissiez et trimballiez continuellement lors de nos journées à la « Campagne » que nous passions, nous, la génération des enfants, à picoler (ah la « cave coopérative gratuite » de Yann...!) et à consciencieusement défaire le monde, fût-ce par la plume ou le metal. De quoi avoir suffisamment honte que nous finissions, finalement, par charger avec peine dans une remorque ou un camion ce qu'un petit bonhomme venu de Frontignan en vélo (!!) ne semblait pas avoir de problème à déplacer.

Un bon prétexte que ce jardin pour un homme assez secret, un taiseux bienveillant avec qui j'eus l'honneur de partager quelques menues confidences. Par pudeur je ne peux livrer, car elle m'avait brisé le cœur, que cette petite phrase où les virgules étaient de dignes larmes d'un papa qui venait de perdre cruellement son cadet : « Il ne l'aura jamais, Yannick, mon petit train ». Un type discret mais agréable qui se gardait bien de l'ouvrir sans réfléchir, un monsieur que, comme beaucoup partis récemment, on aurait voulu connaître plus au lieu de le voir tailler les arbres en silence.

Là ça commence à faire du monde de la famille de la « Campagne » qui sont passés dans l'ailleurs (Yannick 1, Lucky 2, vous ne sortez jamais de mon crâne), on aurait bien continué ici sur le plancher des cloches, malgré la situation d'une planète peuplée de fous qui commencent singulièrement à manquer d'esprits-repères comme le vôtre, Papou.

Ce n'est qu'un au revoir paraît-il, mais sans entrain, c'est encore et toujours plus ébranlés que l'on va continuer sur nos rails respectifs jusqu'au terminus. Tchou tchou Papou, bonne arrivée en gare du repos, novembre s’ajoute pour nous à décembre pour les mois maudits de la bande mais ne blâmons pas trop le calendrier, après tout carpe diem et on verra pour la suite.

1 voir Le forgeron hirsute de l'Antrefer s'en est allé sans prévenir : hommage à Yannick Le Béguec (1968 - 2010) et Clermont, un(e) tombe - une visite à Yannick Le Béguec.

2 voir Voyage au bout de la nuit (sur la piste d'une nouvelle Ètoile) : hommage à mon Lucky et Luckyville.

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !