Chroniques concerts
22
Jan
2015

Les choses ne semblent pas changer en 2015,

on cherche toujours les raisons qui poussent les montpelliérains à rester chez eux quand une telle affiche passe si près de leur centre-ville , par contre on va tenter une résolution, on ne parlera que du positif, fini les diatribes. Non, c’était pour rire. 

 

Après une session ZÖLDIER NOÏZ qui donnera lieu à la publication prochaine d’un petit texte, descendons nous apercevoir que contrairement aux apparences, ce n’est pas Tom Jones qui entame son set mais bien les locaux TERROR SHARK pour un mix brutal de thrashcore à l’ancienne entre SUICIDALSLAYERD. R. I. et consorts, de quoi hurler très fort « circle pilier forever ! », d’autant que l’on trouve dans le line-up Mathieu, le guitariste enragé de REPTILICUSJérôme, passé de flying barman à flying singer et un batteur fabuleusement véloce. On précise avant toute plainte qu’aucun animal n’a été blessé pendant cette courte prestation, à part peut être les gonflables. Une démo, vite !! 

 

Les californiens de MORFIN ont forcément du mal à enchaîner après le brûlot précédent, et leur death / thrash à la SEPULTURA (période Beneath... / Arise) ou rappelant la vague floridienne (en particulier DEATH (Symbolic...), se révèle un peu trop linéaire dans l’ensemble, on note bien sûr l’excellente technique des musiciens mais le manque de folie général condamne le groupe à un public pas forcément passionné, un regain d’énergie viendra pourtant réveiller le groupe en fin de set mais c’est un peu tard. Jetez tout de même une oreille sur Inoculation, leur premier album sorti en 2014 chez FDA Rekotz

 

En revanche avec SKELETAL REMAINS, de Californie itou, c’est parti pour un death old school de folie qui occasionnera un mosh pit totalement débile dont seule Montpellier et sa team de sauvages ont le secret. Il faut dire que le groupe multiplie les références à une époque bénie où régnaient les mastodontes DEATHOBITUARYPESTILENCE ou MASSACRE, où les batteurs jouaient à vitesse humaine et où les chanteurs n’avaient pas besoin d’effets analogiques pour gruiker comme des sagouins. Un putain d’accueil pour un putain de groupe que, maintenant c’est sûr, on garde dans le collimateur. Voilà une soirée comme on en voudrait plus souvent. 

 

Nota bene : plein de concerts dans le genre sont prévus au même endroit cette année avec un contingent brésilien particulièrement bien représenté (CLAUSTROFOBIA - gratos !!! - le 23 avril, IMMINENT ATTACK - encore gratos !!! - le 13 mai...), bougez-vous !!


Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

heavy metal iron maiden cd
Hôtel Transylvanie film dessin animé dracula
octane stoner heavy metal france cd