Chroniques CD
22
Juil
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Depuis le milieu des années 70, d'abord avec THE BOYS NEXT DOOR puis le mythique THE BIRTHDAY PARTY,

Nick Cave n'en finit pas de parcourir les scènes de manière déflagrative. Quand il entame la saga des BAD SEEDS avec ce premier chapitre musical, ce n'est pas pour rejoindre un troupeau dont il se tient éloigné. D'ailleurs, juste comme ça, il fait débuter son album par une reprise tordue de Leonard Cohen (Avalanche). La bizarrerie ne s'arrête pas là puisqu'à son habitude chaque morceau abritera désormais une histoire et des personnages aux allures peu rassurantes mais aussi un puzzle dont les pièces folk, rock, bruitistes ou théâtrales désarçonnent, touchent, bousculent les auditeurs. Et bien sûr qu'ils sont là pour subir ! L'enchaînement par exemple du morceau éponyme que l'on croirait rythmé par des coups de fouet en plein visage avec la ballade pop pluvieuse In the ghetto (une autre reprise, de Mac Davis cette fois), l'ambiance cabaret berlinois géré par des vampires alcooliques, une pièce victorienne mise en scène par Georges Romero un jour de cafard, Dickens écrit le scénario d'un giallo, on éclate la gueule de Scrooge sur la lisse surface d'un piano volé, c'est Lalo Schifrin et l'ami Ennio qui tiennent les baguettes et tapent sur les bouches qui s'ouvrent, Danny Elfman s'en mange une, écrase et écoute ! Tu veux vraiment savoir ce qu'il se passe ici ? Comme tout le monde mon pote, comme tout le monde...

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

jules dassin film comédie remariage
cantus bestiae black metal france vinyle