Chroniques CD
17
Aoû
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Ach, death-y-dément, GRAVE DIGGER a fait peau neuve à l'aube des années 90.

On l'a vu, après avoir été considéré, souvent à juste titre, comme un groupe ACCEPT-isant sans grande originalité à part une voix qui divise le plus souvent fans et détracteurs, la horde bien connue pour une attitude bûcheronne inhérente au pré-heavy / speed teuton et pour ses horribles pochettes a changé son fusil d'épaule, à moins que cela ne soit une arbalète qui sait ?

Après la trahison DIGGER puis une pause de quelques années (1987-1991), GRAVE DIGGER est de retour. Heart of Darkness est le second album post-résurrection après l'énervé The Reaper (1993) et on est toujours sur la (surprenante ?) même ligne entre mélodie entêtante et heavy rugueux, le tout coiffé de refrains de hooligans puissants et efficaces. Cette vieille goule de Boltendahl mène les troupe (il co-produit, co-écrit tous les titres et en commet même les textes, ça chôme pas chez Chris) et croasse et ulule les paroles pendant que les mercenaires qu'il tient à ses côtés font preuve d'aptitudes réellement exceptionnelles dans la torture du maudit duo cervicales / tympans.

La noirceur toute heroïc-fantastique (Andreas Marschall ist Gott !!) des thèmes, l'esprit batailleur des rythmiques, font de Heart of Darkness une excellente cuvée du Fossoyeur, à déguster sans aucune modération si on est d'humeur germaniquement modifiée. Le digipak, qui contient deux morceaux bonus pour une douzaine de minutes supplémentaires, est hyper limité à...6666 copies, et nein, c'est même pas une blague.

Interview ici : GRAVE DIGGER [Ger]

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

gothic brutal grind death metal paris cd
punk rock ramones new york biographie livre
fall of summer festival metal reportage
james bond 007 aventure espionnage