Une petite contribution ?

Chroniques CD
19
Aoû
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Le groupe qui avant sa reconnaissance officielle mêlait son punk / alterno à un ska des plus cuivré n’était plus d’actualité

quand après les changements de line-up, les mandales étatsuniennes BAD BRAINS et MURPHY’S LAW étaient revenues dans les mémoires, les grenades à fragmentation MIGHTY MIGHTY BOSSTONES et VOODOO GLOW SKULLS avaient éclaté, c’est en tout cas ce que l’on imagine à l’écoute d’un gros son plus hardcore (de la basse, bordel, plein de basse, et des rythmes typiquement plus lourds, quasi-métalliques option fusion) avait éclos du côté de Perpignan, et ce volontiers caviardé de reggae / ragga / dub, mais aussi saupoudré de touches plus africaines (Respect) ou calypso (Hirochirac) et même d’extraits de films, tout ça explose dans les feuilles sur ce premier disque des KARGOL'S, locomotive catalane d’une vague qui va incessamment submerger le sud-ouest et faire naître / improviser des assos et des lieux de concerts partout dans le coin, quand le metal faisait l’autruche après les coups de boutoir successifs et iconoclastes du grunge et de la fusion.

Des affiches d'époque (merci Claudie ! Et hop dessous aussi du ticket choc !)

On a vu ce groupe, KARGOL’S, un nombre incalculable de fois et sur scène il n’y avait pas de quartier pour quiconque tant la formation bombardait à mort malgré un genre auquel on n’était pas encore tout à fait acclimaté (particulièrement des morceaux comme Pacifiste ou Freedom life mais dont les fins mettaient ensuite tout le monde d’accord, des babos aux punks en passant par LE hardos). Et puis peut-on humainement résister à des brûlots incroyables tels que Los Miserables, Pression dans les ghettos ou Vingrau (quelle claque live !!), provoquant la fusion des âmes dans des pogos endiablés et arrosés mais aussi l’union contre l’injustice que les conscients ressentaient face à la destruction progressive de l’environnement, aux ségrégations de tous genres, aux projets où l’infâme capital a toujours eu le dernier mot, à la course à l’armement toujours plus obsolète… Réellement « L’homme est le mal du siècle ». Et du suivant, cela va sans dire…


« La solution, l’unification de tous les mauvais gars contre la répression » et ça tombe bien, la deuxième locomotive de l’époque était originaire de Narbonne, pas trop loin donc, et si les également très efficaces dans leur style propre MARTO'S PIKEURS n’ont pas eu le même destin discographique que les KARGOL'S, ils sont dans notre mémoire la réponse gavatch à l’initiative nord-catalane, et d’innombrables petits wagons s’accrocheront bientôt à l’attelage de ces deux fers de lance du ska (core and more, of course, ou punk, skalternatif tiens, comme tu veux tu choises !) à la française, courant qui n’aura jamais rien à envier aux groupes étrangers jusqu’à son crash tragique et quasi-collectif après une décade où depuis les indétrônables SHERIFF on tenait pourtant là des successeurs enfin crédibles à l’esprit punk d’antan. Mais pour le moment, c’est donner suite à ce disque qui intéresse les KARGOL’S, restons donc concentrés quelque temps.

https://kargo.bandcamp.com/album/ma-jgalere

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac