Chroniques CD
01
Juil
2022

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Une attaque à la Can’t Live Without You avec Gas In The Tank, le vrai SCORPIONS serait-il revenu ?

Il semblerait que oui tant l’efficacité de ce morceau est totale. L’effet Mikkey Dee peut-être ? En tout cas, sans approcher une seconde les tempos d’un MOTÖRHEAD, SCORPIONS sonne beaucoup plus convaincant que sur le moyen Return To Forever 1. Témoins les expéditifs Roots in My Boots, Knock 'em Dead (un heavy à la Kicks After Six), Rock Believer (hard, heavy et pop à la fois sans sonner mièvre), Seventh Sun (qui serait plus dans une lignée China White / Restless Nights / Money & Fame…), Hot and Cold (avec du gros riff et un Klaus qui adopte un ton plus grave que d’habitude), When I Lay My Bones to Rest (un peu de speed ne fait jamais de mal, même modéré), Peacemaker (le premier single, franchement hard pour rassurer les hardos toujours au poste) et Call of the Wild, presque la totale de l’album en version normale.

Ceux qui pensaient échapper aux morceaux plus doux en seront pour leurs frais, Shining of Your Soul nous refait le coup de Is There Anybody There avec une rythmique semi-reggae et, tout comme son prédécesseur, parvient comme par magie à ne pas faire fuir le plus grand allergique terrestre connu à ce genre et, franchement, When You Know (Where You Come From) est une splendide ballade dans la grande tradition SCORPIONS, un truc à faire fondre les icebergs, même couverts de T-shirts de black metal !

Globalement on dirait que l’on retrouve à l’époque Rarebell / Buchholz (de préférence 1979-1982) tant le groupe sonne uni et puissant, le tempo n’est plus aussi rapide qu’alors (à part ce When I Lay My Bones to Rest bagarreur) mais souvent appuyé pour le plus plaisir du headbanger indécrottable, on est très content de retrouver un de nos groupes de chevet en si grande forme qui montre avec cet album tout ce qui a fait son énorme succès, comme une synthèse de cinquante piges de boulot, vivement les planches et les baffles, à commencer par celles de Cournon et son Zénith chouettos !

Ah, et comme tant qu'à y être on s’est procuré la Deluxe edition, on a droit à cinq titres supplémentaires sur un deuxième CD : Shoot for Your Heart (rapide et nerveux, une belle pièce mélodique qui fait plaisir, encore !), When Tomorrow Comes (un peu moins intéressant malgré la puissance de feu, le rythme est un poil plat à la longue), Unleash the Beast (death-y-dément, la basse n’a pas été oubliée dans le mix, et c’est l’occasion où jamais de le dire, on adore ça !), Crossing Borders (pas essentiel mais sympathique et entraînant) et une version acoustique de When You Know (Where You Come From), franchement jolie comme tout.

1 voir au choix ou les deux SCORPIONS [Ger] Return to forever (Sony Music entertainment Germany GmbH / RCA - 2015) et SCORPIONS [Ger] Return to forever - France Tour Edition (Sony Music entertainment Germany GmbH / RCA - 2015).

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

lazybones punk rock france cd
james bond 007 aventure espionnage