Une petite contribution ?

Chroniques vinyles
22
Juil
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Après un Piece of mind fabuleux 1, et une tournée mortelle à la suite, c’est peu de dire que l’album suivant était attendu !

Première mise en bouche, ce single fulgurant, heavy et mélodique à souhait, qui déboule en sept-pouces le 6 août 1984. Ce morceau tape bien fort sur les gras doigts des intérêts économiques et leurs marionnettes politiques fomentant les guerres ininterrompues depuis des lustres de par le monde pour le seul profit, RIEN d’autre. On est ravi que le plus grand groupe de heavy metal du monde s’approche parfois un peu des problèmes de son temps de manière aussi explicite, surtout que la composition de six minutes fait méchamment mouche et devient instantanément un classique pour les fans, autant d’ailleurs que cette couverture au champignon plus que vénéneux.

En face B une surprise toujours, c’est la tradition, cette fois une reprise très musclée, Rainbow's gold, d’un groupe inconnu du Syndicat de la Nawakulture, BECKETT, dont la courte vie aura été rappelée via ce morceau au rythme énergique, électrocuté plus encore par Steve Harris et sa clique d’hard-chéologues de bon goût. Pour la petite histoire, ce groupe de Newcastle n’aura pondu qu’un album dans les années 1970 avant de disparaître corps et biens, c’est bien dommage à l’écoute. Il refera plus tard parler de lui quand il attaquera un justice un groupe pour d’éventuels emprunts à l’un de ses morceaux. Ce groupe, ce sera IRON MAIDEN. Chapeau l’renvoi d’ascenseur ! M’enfin…

Question pochette on chiale encore devant les noms (et le nombre !) des villes visitées par le groupe pendant la tournée française de l’été 1984 : Annecy, Palavas (putain mais Palavas, quoi !!), Toulouse, Bordeaux, Nancy, Paris et Lyon, argh !!

1 afin de lire plein d’autres chroniques sur le groupe, clique juste sur son nom en rouge.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac