Chroniques CD
22
Juil
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Les Cœurs de Granit actifs depuis le milieu des années 1970 passent à la vitesse supérieure dès 1979

en sortant sous le nom RUNNING WILD (heavy-demment inspiré du titre de JUDAS PRIEST) des démos, en participant à des compilations devenues inestimables objets du culte, et crac, death-embre 1984 voit la sortie de leur premier album longue durée, une galette composée de tubes heavy metal menaçant, sombre et versant volontiers dans le côté black du hard, mentionnant plus souvent qu’à son tour le Diable, les démons, l’Enfer popularisés par VENOM mais aussi une certaine rébellion (Victim of States power) ou, à l’instar d’un IRON MAIDEN devenu spécialiste incontesté, les personnages historiques à l’aura si possible guerrière et impitoyable (Gengis Khan). Cette dernière facette devait plus ou moins devenir la principale, le groupe n’appréciant pas les fréquents soupçons de satanisme.

Le heavy metal pur et dur, auto-produit comme un grand, du groupe de Hambourg (tiens, un port…) se caractérise systématiquement par des riffs imparables, des vocaux graves et râpeux, un tempo parfois bien speed et un sens du collectif hors du commun, les chœurs virils, les mélodies entraînantes et les bastons à la double bombe sont innombrables, on tient là le secret de nombre de groupes germains de l’époque (à la suite des vétérans ACCEPT déboule en effet une vague d’excellents groupes dont GRAVE DIGGER, BLIND GUARDIAN, HELLOWEEN, RAGE, STORMWITCH, GRAVESTONE, SINNER…) : le metal dans le sang pour la vie et donc une interprétation orthodoxe en dehors du temps et des modes de brûlots du début jusqu’à la fin machines à faire secouer les bocaux et le poing qui ne tient pas la canette.

Là où le plaisir est décuplé, c’est quand on découvre l’inclusion en fin de disque de titres sous des formes introuvables à cause de l’habituelle spéculation ourdie par un marché de collectionneurs à dix balles : les morceaux présents sur les compilations Rock from Hell - German Metal Attack (Chains & Leather et Adrian) et Death Metal (Iron heads et Bones to ashes) mais aussi sur le single Victim of States power (les faces B Walpurgis Night (The Sign of Women's Fight) et Satan, prévus / enregistrés à l’origine pour l’album mais écartés ensuite because finances dans le rouge) sont au menu, ainsi que deux morceaux réenregistrés en 1991 : Soldiers of Hell et Prisoner of our time ! La cerise sur le gâteau est ce livret de seize pages dans lequel l’inoxydable Rolf revient sur les débuts du groupe avec force photos et anecdotes. Inmanquable !

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac