Tu payes ton coup ?

Documentaire
14
Mai
2019

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

[Publié à l’origine dans Abus Dangereux Face 147]

Un joli petit bouquin (justifie-t-il pour autant la dizaine d'euros demandée en échange ?!) revient sur un des albums-phares des années 90, le premier RAGE AGAINST THE MACHINE et son bonze en flammes dont le vinyle aujourd'hui n'est décemment plus en forme ici après tant de passages sur la platine perso 1.

Après un titre-par-titre très détaillé, l'auteur revient sur l'après 1992-93, le discrédit d'un groupe qui n'aurait pas dû, comme beaucoup, avoir du succès en même temps qu'un discours anti-système radical et clairvoyant. Le fait qu'une vague de suiveurs aux projets fondamentalement commerciaux (par exemple les affreux LIMP BISKIT ou LINKIN PARK, tout lisses et gentils jusqu'à la nausée) n'aidera pas le groupe à garder les faveurs d'une critique et d'un public souvent facilement oublieux de ses idoles d'un temps.

Une question perso pour finir, que le carton ait été total pendant un temps aux États, pays des protest-songs par excellence, n'est pas vraiment étonnant, surtout après l'embrasement post-Rodney King, mais que l'intransigeante Europe ait craqué à son tour reste toujours un mystère.

Euh sinon Christophe, nonobstant un beau boulot d'écriture, qualifier BIOHAZARD de rapcore, c'est sûrement une blague non ?

72 pages, 9,95 €
ISBN 9782919296064

1 d'ailleurs, voir RAGE AGAINST THE MACHINE [Usa] S/t 12’’ (Epic / Sony Music - 1992).

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.