Une petite contribution ?

InterviewsLes propos des interviewés n'engagent que leurs auteurs.
26
Aoû
2015

[Publié à l’origine dans Cryptic Propaganda #1]

Salut ! Pour les gourmands que nous sommes, force est de constater qu’un album longue durée du groupe se fait attendre depuis le temps, peut-on espérer voir débouler ceci dans les bacs bientôt ? Si oui, comptez-vous sur Blood Harvest pour faire parler la poudre ou Agonia, label du split avec TEMPLE OF BAAL 1 est-il peut-être sur les rangs ? A moins qu’Iron Bonehead…?! Et si finalement rien n’était prévu…?!

Salut Ged. Actuellement, nous travaillons effectivement sur notre premier album 2. Je dois reconnaître que les choses ne sont pas allées aussi vite que nous l’aurions souhaité, notamment à cause de problèmes divers rencontrés en 2013. Nous concentrons nos efforts sur ce premier opus dont l’enregistrement aura lieu cet automne 2015. En ce qui concerne le label sur lequel l’album sortira, aucune chance que ça soit Agonia. L’idée du split avec TEMPLE OF BAAL était due à Amduscias et c’est grâce à lui si cette production est sortie sur le label polonais (qui est le label de TEMPLE OF BAAL uniquement), je ne pense pas que nous intéressions ce label. Celà étant, ça ne me chagrine guère car nous avons déjà discuté entre nous du label le mieux adapté au groupe pour sortir cet album. C’est le label allemand Iron Bonehead Productions, avec qui nous avions déjà collaboré pour la réédition de notre demo en LP, qui sortira l’album et il s’agit d’une excellente nouvelle pour nous puisque c’est tout simplement le label idéal pour le groupe.

On constate que RITUALIZATION prend son temps et suit le cursus classique de l’underground : démo 3, EP 4, album etc., est-ce important pour vous de ne pas aller trop vite au contraire de groupes qui sortent de nulle part avec un album sous le bras après trois répèt’ ? 

Nous suivons un cheminement logique en ce qui concerne nos projets même si j’aimerais que certaines choses aillent plus vite. Maintenant, il a toujours été clair à nos yeux qu’il ne fallait pas précipiter notre démarche et que RITUALIZATION devait passer par certaines étapes indispensables...par exemple, le fait de sortir notre première démo en tape était une évidence. Ca fait plus de deux décennies que j’écoute du metal et que j’ai pu découvrir et apprendre à travers l’underground entre autres et c’est la raison pour laquelle je sais quels sont les « pièges » et erreurs à éviter pour le groupe. Ne pas accepter n’importe quelle proposition de concert foireux ou une offre pseudo-intéressante pour sortir un enregistrement...Je suis satisfait de ce que nous avons accompli avec le groupe même s’il reste beaucoup à faire. Je ne regrette rien du chemin parcouru, que ça soit les rituels live, les groupes avec lesquels on a partagé l’affiche, les labels avec lesquels nous avons collaboré...Dès le départ, notre vision de ce que nous souhaitions accomplir avec RITUALIZATION et le chemin à emprunter ont toujours été clairs dans notre esprit. 

On note aussi un attachement aux formats hot-antiques (cassettes, vinyles) sans soupçonner une seconde un coup de surf sur la vague rétro des labels de grande envergure, vous êtes trop vieux pour ça, quelle importance le format a-t-il donc pour vous ? Signifie-t-il quelque chose en fin de compte ? Quid de la diffusion par le numérique ? S’il faut vivre avec son temps, peut-on accepter pour autant le tout-dématérialisé ?

Le format occupe une place importante lorsqu’arrive le moment de choisir la forme de nos enregistrements. Je considère que notre vision du death metal passe obligatoirement par certains aspects élémentaires et qui ont une grande importance. Je veux dire par là qu’il y a la musique mais aussi les textes et le visuel qui doivent représenter la cohérence musicale et ce que le groupe souhaite exprimer ce qui exclut d’office le format dématérialisé, trop limité selon moi. C’est difficile pour moi de répondre à ta question concernant la signification du format puisque pour moi, le choix du format est une évidence, le premier enregistrement devait être une démo au format tape, c’était limpide à mes yeux ! Le tout-dématérialisé ne cadre pas avec ma vision de la musique comme je l’ai déjà expliqué, le visuel et les paroles sont importants et je ne conçois pas la musique autrement. En résumé, une collection de disques et d’artistes se décline à travers des CDs, des vinyles, des tapes...pas avec des disques durs remplis de gigas de mp3, sans pochette ni paroles, même si le format mp3 ou les autres fichiers audio ont leur utilité, avec les baladeurs numériques par exemple.

Manu c’est toi qui écris les textes, quelle est la place de ta vie de tous les jours dans ceux-ci ? De quoi t’inspires-tu pour créer sinon ? Lectures par exemple, l’Art en général ou plus simplement la face dégueulasse de l’espèce humaine qui donne tant de grain à moudre à la scène metal ? Ces paroles sont-elles créées en même temps que la musique ou écris-tu sans forcément penser à l’ossature éventuelle, comme un écrivain en quelque sorte, pour canaliser les pensées du moment ?

Je ne suis pas quelqu’un qui va pouvoir écrire des textes sans un certain contexte même si les idées peuvent surgir à tout moment. Tu as raison, le fardeau insupportable que représente une grande partie de l’espèce humaine peut être source d’inspiration. Dernièrement, des auteurs comme Jean-Paul Bourre, Collin De Plancy, Montague Summers, Umberto Eco...la musique que j’écoute bien sûr, avec pas mal de styles et artistes différents, qui forment la toile en fond sonore pendant que j’écris...HALO MANASH, JOY DIVISION, DIO, ASPHYX, OMNIZIDE, SHEOL, DEAD CAN DANCE par exemple ces dernières heures. Le fait de me plonger dans un livre qui regroupe les œuvres d’artistes comme Bosch 5 ou encore Brueghel L’Ancien...tout ceci représente une infime partie de ce qui peut m’inspirer pour les textes. Ces derniers sont toujours écrits avant la musique bien sûr et en fonction de la teneur musicale d’un morceau, je peux choisir tel ou tel texte qui se rapprochera le plus de ce que m’évoque le titre.

Comment la composition musicale d’un morceau de RITUALIZATION se déroule-t-elle ? Plutôt collective ou quelqu’un est-il responsable du principal ? On suppose que depuis l’arrivée de Bruno et ses nombreuses cordes, les morceaux se sont méchamment étoffés au profit d’une puissance de feu que l’on constate live 6, les nouvelles compositions / idées se dirigent-elles vers de nouveaux horizons ou le style est-il, si j’ose dire, immuable ? Quelle est la place pour l’évolution au sein de RITUALIZATION ?

La composition découle souvent d’un processus simple. Stef, Greg ou Bruno arrivent avec des riffs voire un morceau entier et on l’exploite en répèt'. Il arrive qu’on modifie partiellement la structure du morceau et chacun donne son avis, ce qui peut mener à des discussions houleuses parfois mais lorsque le morceau est achevé, c’est qu’il a l’adhésion de tout le groupe. Par ailleurs, l’arrivée de Bruno n’a pas fondamentalement modifié le style, il a fallu simplement retravailler l’harmonisation avec l’apport de cette seconde guitare, mais c’est surtout en live que le son a gagné en puissance grâce à lui. RITUALIZATION conserve certains fondamentaux en terme de composition (noirceur, brutalité, atmosphère,...) et les idées que Bruno apporte se mêlent harmonieusement à celles de Stef et Greg ce qui est une satisfaction supplémentaire. Bruno est de notre génération ce qui signifie que nous avons des goûts communs pour certains « vieux » groupes de death ou de black, c’est utile également pour la composition. L’évolution peut jouer un rôle dans notre musique mais jamais au détriment des éléments que j’ai évoqués, nous ne nous fixons pas de limites mais nous savons ce que nous voulons faire et surtout ce qui ne nous intéresse pas en terme de composition...

Du côté du visuel, Chris Moyen vous a gratifié d’un nouveau logo qui bastonne bien, ceci dit le précédent avait du chien aussi, pourquoi ce changement ? Comment choisissez-vous les artistes / illustrations qui serviront de couvertures ? Y a-t-il des « obligatoires » dans l’illustration death metal ?  

Nous étions presque tous unanimes dans le groupe à propos du logo, il était temps de le changer car certains aspects (les cartouchières notamment) ne nous plaisaient plus. Nous avons eu la chance de pouvoir faire appel à Chris Moyen. Non seulement il a travaillé vite mais il a su nous proposer un logo parfait. Nous n’avons pas eu besoin de lui donner beaucoup d’idées à suivre, il savait parfaitement ce qu’il nous fallait grâce à son expérience et au fait qu’il comprend rapidement ce dont un groupe a besoin je pense, que ça soit pour un logo ou une pochette. J’en veux pour preuve le shirt que nous avons sorti au début de l’été, « The Genesis to your curse ». J’ai été bluffé par l’acuité de sa vision et de ce qu’il a réalisé sur la simple base de quelques idées et d’une description plutôt sommaire que je lui avais envoyées. Le dessin représente EXACTEMENT ce que les paroles du morceau évoquent dans mon esprit ! Nous ne nous fixons pas de limites dans le choix des illustrations de nos productions mais, à l’instar de la composition, nous savons ce que nous voulons exprimer et les « outils » nécessaires à notre vision du death metal, qu’ils soient musicaux, textuels ou artistiques/visuels.

Quels sont les retours à propos de vos dernières réalisations (le split et le 7’’EP Beyond the shrine of shattered bones) ? Les labels de qualité vous plébiscitent semble-t-il vu la collection qui vous avez déjà mais qu’en est-il de la presse underground ? Quelle importance accordez-vous à l’avis de la presse sur votre travail ? Les retours du public sont-ils positifs ? Le groupe est-il toujours fier de ses premières réalisations ? 

Nous sommes globalement satisfaits des retours de ces dernières prods. Le split nous a permis de collaborer avec un groupe que l’on apprécie énormément (TEMPLE OF BAAL), les réactions des gens étaient plutôt bonnes et il s’est bien écoulé aux concerts. Le EP est sorti depuis un moment déjà en 2013, ce qui nous a permis d’avoir une actualité avant le premier Wolf throne fest et là aussi, on a eu de bons retours. Je tiens à rappeler que nous avons eu la chance de travailler avec Chris Jager pour le split et Alexander Brown pour le EP, deux artistes talentueux qui ont su illustrer notre musique. Je ne vais pas mentir, ça fait plaisir d’avoir des critiques positives, surtout après nos concerts mais aussi lorsque des zines / publications / webzines faits par des gens qui savent de quoi ils parlent, livrent une bonne chronique de nos productions. Nous avons ainsi répondu à des interviews pour des webzines ou des zines/publications (In extremis, Cunt n’Paste, Spellbound webzine entre autres). Cela dit, ces critiques, bonnes ou mauvaises, n’auront jamais d’incidence sur notre vision du death metal et notre musique car nous savons parfaitement quelle voie nous souhaitons emprunter avec RITUALIZATION et c’est la raison pour laquelle nous sommes toujours satisfaits de la démo et du peu que nous avons déjà accompli jusqu’ici, aussi bien avec les productions qu’avec les concerts...

Les reprises (ARCHGOAT, MORTEM) témoignent d’un réel fanatisme (une ritualisation du genre ?) pour l’underground sombre et brutal, mais y a-t-il de nouveaux groupes qui vous rappellent cette scène de sauvages et vous font dire que tout n’est pas mort comme les vieilles badernes - de notre âge très souvent - le clament partout avec leur voix chevrotante ? 

Nous avons enregistré ces reprises pour rendre hommage aux groupes que nous adorons et qui nous ont influencé d’une façon ou d’une autre. Fort heureusement, il existe encore aujourd’hui pas mal de groupes qui restituent une tradition musicale extrême et même certains combos qui tracent leur sillon avec une originalité et une authenticité exemplaires mais en demeurant intéressants, brutaux et incroyables. Il y aussi les groupes vers lesquels on revient toujours, que ça soit du bestial black death ou du heavy metal par exemple car ce sont ces groupes qui ont su forger notre initiation musicale. Je vais donc te citer pêle-mêle certains des groupes plus ou moins récents que j’ai écoutés ces dernières semaines : BLASPHEMY, TEITANBLOOD, BLOODY SIGN, ACCEPT, LIE IN RUINS, POSSESSION, LVCIFYRE, MALTHUSIAN, IRON MAIDEN, MOTÖRHEAD, ARCHGOAT, EXODUS, IRKALLIAN ORACLE, HERESIARCH, SABBAT (Jap),...Tout n’est pas mort, loin de là.

Les dates s’enchaînent régulièrement pour le groupe, la scène semble avoir une importance majeure pour RITUALIZATION, les morceaux prennent d’ailleurs une dimension incroyable quand vous foulez les planches, quelle est la mise en conditions nécessaire pour perpétrer de tels carnages ? 

J’aime employer le terme « rituel » pour désigner nos concerts car la dimension cathartique est indéniable lors de ces rituels, en tout cas pour moi. En ce qui me concerne, la mise en condition intervient souvent peu de temps avant de monter sur scène. Les visages se ferment, il y moins de paroles échangées entre les « ritualistes » et dès que l'intro cesse et que le charley de la batterie expulse ses quatre coups, le premier morceau commence et je suis dans un état complétement différent...je ne sais pas si je pourrais employer le terme de « transe » mais la violence est omniprésente, notamment à travers l’échange d’énergie avec le public. C’est une expérience assez frappante et lorsque le rituel se termine, il subsiste toujours une phase avant de « redescendre »...

Merci d’avoir pris le temps de répondre à mes questions pour cet ultime zine papier, n’hésitez pas à divulguer quelques dates si quelques-unes sont tombées il y a peu. On se voit le 10 mai !!

Merci à toi d’avoir pris le temps de préparer cette interview et de nous apporter ton soutien. C’est dommage que tu songes à arrêter le zine car on n’a jamais assez de bons zines, j’espère que tu trouveras une niche pour ta plume [N. D. G. : tu vois, ça n’a pas traîné !] ! Pour le second semestre 2015, deux dates en septembre pour nous, le NRW Deathfest en Allemagne et le Brixia Death Fest en Italie. On va surtout enregistrer l’album. Pour toute question sur le merch disponible ou proposition de concert, utiliser l’adresse warchangel@wanadoo.fr

A.M.S.G.

1 voir TEMPLE OF BAAL [Fra] / RITUALIZATION [Fra] The Vision Of Fading Mankind Split (Agonia Recs) 2011.

2 il est sorti depuis, hourra ! => RITUALIZATION [Fra] Sacraments to the sons of the abyss (Iron Bonehead Prods - 2017).

3 voir RITUALIZATION [Fra] The Abduction mass (Zombie Ritual / Blood Harvest) 2009.

4 voir RITUALIZATION [Fra] Beyond the shrine of shattered bones 7’’ (Blood Harvest) 2013.

5 par exemple celui-ci, forcément : Jérôme Bosch - L’Œuvre complet de Stefan Fischer (Taschen - Bibliotheca universalis - 2016).

6 sur scène ce groupe défonce tout, voir par exemple Wolf Throne Festival - Jour 1 à Saint-Germain-en-Laye, La Clef le 08/11/13 ou The Unholy Church Fest : TEMPLE OF BAAL [Fra] + RITUALIZATION [Fra] + NECROCULT [Fra] + ZÖLDIER NOIZ [Fra] à Saint-Jean-de-Védas, Secret Place le 10/05/14.

P. S. : on trouve aussi RITUALIZATION sur la fucking compil' We are French, fuck you ! (Triumph ov Death) 2015.

 

Les mots-clés :