Chroniques concerts
09
Sep
2013

Long time no see ! Oulah, presque un mois (depuis le Hard-Headed Woman Fest, voir ici : Hard-Headed Women Fest : DECIBELLES [Fra] + NO MEAT ON FRIDAY [Fra] à Saint-Jean de Védas, Secret Place le 08/06/13)

sans assister à un concert à la Secret Place, alors, vite, voir les STREET DOGS est une bonne raison d’y retourner saluer les copains, en voiture Simone ! 

 

L’horrible chaleur et un son assez tonitruant n’aident pas à s’approcher du premier groupe, les vieilles connaissances LAZYBONES de Marseille, très fiers d’être là avec les DOGS, qui performent pourtant un punk rock mélodique énergique à souhait relayé dehors par des cigales tenaces. On prend tout de même plaisir à headbanger comme un sagouin sous un ciel crépusculaire ! Un groupe qui s’éclate, sait instaurer une bonne ambiance et exécute particulièrement bien des compos efficaces. Dommage que le sud soit peuplé de petites natures. Vite une goulée d’air et... 

 

Suit Bonnie Tyler ! Enfin c’est l’impression que cela fait quand Louise Distras prend le relai avec un set de punk acoustique qui rappelle également TV SMITH et fait d’ailleurs le même effet que celui-ci avec UK SUBS en février (voi UK SUBS [Uk] + TV SMITH [Uk] + KCUF FACTS [Fra] à Saint-Jean-de-Védas, Secret Place le 24/02/13) : on a du mal à saisir que les groupes ne soient pas présentés dans l’ordre de puissance. Ce n’est pas que Louise ne dégage aucune énergie, bien au contraire, mais on parle ici de gradation de volume, d’éruption croissante, jusqu’à l’orgasmique tête d’affiche si l’on veut faire dans l’image concrète. Il est très difficile donc de rester plus de trois ou quatre morceaux devant une chanteuse - certes charismatique - seule avec sa gratte après les LAZYBONES très en forme et avant... 

 

STREET DOGS !! Quand le chanteur à la casquette plate et ses musiciens démarrent le show, on oublie tout et on part à corps perdu dans un maëlstrom de joie et de défoulement : faut que ça saute, que ça bouscule et que ça gueule, comme tout vrai concert de rock’n’roll et la touche celtique irrésistible que revêt ce hardcore punk’n’roll solide amène sa dose de convivialité, le groupe en osmose prend du plaisir, s’aperçoit de celui du public, on frise la communion dans une putain de bonne ambiance malgré un auditoire relativement clairsemé pour une soirée que l’on voyait, en bon imbécile, bondée (by blood). Une bonne grosse claquasse que l’on reprendra volontiers au prochain passage du groupe dans nos contrées. Yeaaah !! 

 

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

dallamano poliziesco giallo thriller dvd ecstasy