Chroniques concerts
27
Mai
2017

L’aventure, c’est l’aventure,

et nous étions ravis par la perspective de revoir les excellents ARCHIMEDE depuis le temps où, à l’époque Trafalgar, ils nous avaient fait craquer en première partie de Monsieur Thiéfaine 1. Mais, chapitre 1 : sérieux, ça t'est déjà arrivé à toi la garniture au-dessus des pédales de la bagnole qui se débine et coince tes panards, les empêchant d'actionner les commandes ? Comme disent les gros nazes, « ça c'est fait »… Chapitre 2 : au cas où tu n’en serais pas sûr, oui, l’Ascension est vraiment un jour férié ! Car en effet alors que même le jour de Noël on trouve des trucs ouverts partout, ce jeudi dans la banlieue narbonnaise on ne mange pas, adieu repas aux chandelles et vive le sandwich du matin acheté à 19h, le vécu, y a que ça de vrai. La sècheresse de l’aliment l’exige ensuite : filons au dB étancher un soif terrible, celle de musique en premier lieu mais l’autre aussi !

Feeeeu ! SIX TEASE & THE ROCKETS s'avèrent possédés par le rythm'n'blues et la soul vintage (bien que la puissance de feu générale laisse imaginer d’autres goûts musicaux chez certains des membres) et le trio vocal (un chanteur entouré de deux chaudes voix féminines, les fameuses ROCKETS) est le fer de lance d'une formation qui assure, dommage que le public soit apathique en ce post-apéro endiablé qui promettait / méritait plus que ça. Mais les classiques intemporels interprétés le sont avec un tel respect et professionnalisme que l'instant est agréable au possible pour celui qui sait utiliser ses feuilles.  


ARCHIMEDE c'est, dans le cerveau malade de votre non-serviteur, un mix improbable du meilleur des BEATLES (mélodies pop enthousiasmantes sans qu'elles ne gomment l’essence rock du truc) et la gouaille gavroche du vrai Renaud, celui qui était drôle, piquant sans être chiant, il y a des siècles donc. Une recette absolument irrésistible, en particulier grâce aux textes subtils et à l'humour à froid de son auteur mais aussi parce que ces cinq excellents musiciens ont tout compris du vintage au récent, ont pris ce qui leur plaisait un peu partout et ont créé la chanson française qu'on aimerait entendre à la radio tout le temps, dans la Méhari ou pas. Avec un peu plus de visibilité, ARCHIMEDE pourrait même hâter une réconciliation de cette chanson avec le public rock qui se fait toujours dramatiquement attendre. Bordel, ces « presque bretons » envoient gravement, prennent du plaisir à jouer ensemble et s’avèrent être en plus des gens plus que sympathiques, nous reparlerons rapidement d’eux la semaine prochaine puisqu’interview improvisée a eu lieu ensuite et que les frangins nous ont en plus offert le dernier disque qui passera à la chronique dans les jours qui suivent. Sincèrement, allez jeter une oreille à ce groupe qui, en cette période mornissime, réveille les sens et la bonne humeur qui est bien cachée là au fond.

Spéciale Ged-y-casse à Anaïs (<3), Doumé et Souflette !

1 voici ce que nous avions dit à l'époque : HUBERT-FELIX THIEFAINE [Fra] + ARCHIMEDE [Fra] à Montpellier, Zénith le 30/11/11

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

james bond 007 aventure espionnage