Chroniques concerts
24
Juil
2017

Affaires posées à La Redorte la veille,

occasionnant au passage un feu d’apér…euh un feu d’artifice, il est grand temps de filer à Carcassonne pour une sérieuse affiche de rock, c’est TRUST qui ouvre contrairement à ce qu’on aurait pensé et le héraut du hard punk français livre un set forcément assez similaire à ceux de Montpellier 1 (même s’il réserve quelques surprises) mais cette fois dans un cadre pour toujours idyllique. Ici le séculaire roc est vraiment hard, t’as qu’à essayer d’y coller une châtaigne tiens !

Le duo fondateur Bernie / Nono est ce soir encore très en forme sur cette scène étrangement agrémentée d'animaux en peluche et de pots de fleurs, et se succèderont L’Archange, Marche ou crève, Fais où on te dit de faire, Au nom de la race, Instinct de mort, Le Temps efface tout, l’inédit Démocrassie (dédié à « Jupiter »), un pur morceau à la AC/DC Seventies genre Go down and co, Surveille ton look, un autre inédit dont le titre serait « Qu'est-ce que l'on attend pour demander pardon » (??), un Comme un damné toujours aussi fabuleux, peut-être le meilleur titre de la setlist si le faux départ calculé de l’hymne absolu L’Élite ne foutait pas un feu intégral au milieu du troisième âge sur les chaises (un summum de la bizarrerie qu'un concert de TRUST assis mais, véridique, cela permet aux ignorants de faire des recherches Google, de quoi ravir l’aïphonophobe Bernie). Avant l’épuisanva, un rappel sur Antisocial forcémeeeent. Bon set, death-y-dément, TRUST don't rust !

 

EUROPE ! Tutututuuuu (notez comme c'est bien fredonné), étrange affiche pas vrai ? Comme dit plus haut, on pensait voir les fringants suédois ouvrir pour les stars locales mais non, seuls SCORPIONS auraient-ils donc le pouvoir de ramener les demi-divines wings of yesterday un peu plus près du sol ? En attendant voyons un peu si les gens assis n'attendent que le compte à rebours final ou si les dernières galettes les motivent à bouger leur / notre (désormais vieux) cul… Chez Nawakulture on s'est arrêté au très bon Prisoners in paradise (1991…), risque donc d'y avoir des surprises huhuhu. Le groupe se fait attendre mais finit tout de même par se pointer. Au lieu de jeter tout ce qui traîne à sa portée en direction de la scène (dépouillée, sans chichi, classe) le public est discipliné jusqu'au premier morceau et crac, quasiment tout le monde se lève et jette son déambulateur comme sa première permanente : le groupe est death-y-dément revenu d'entre les morts avec une puissance de feu assez dingue. Sans oublier les habituelles - et horripilantes - poses d'un autre temps (et ses jets de micro philipperisolesques) de Jo la tempête. Mais on s’en fout, la setlist bombarde et, merci la brocante, réserve à ses joyaux d'antan une place de choix pour claquer le beignet des incultes qui classent encore EUROPE parmi les groupes d'un seul tube. Bande de nazes, il y en a eu un paxon, au nombre desquels on trouve ce soir Rock the night, Scream of anger (putain de dieu quel bonheur d'oublier un temps la douleur et de tabasser le sol d'un panard ravi !), Signs of the time, Ready or not (et bam kessyala ?!), Superstitious (et ses claviers à la GOLD), Cherokee ou le langoureux Carrie. Des morceaux souvent imparables (récents inclus) = youpi bien que les intros / interludes soient un poil too much, tout comme les délires Claydermann de Mister Michaeli ou le solo de batterie qui se veut drôle mais n'est en fait que gaspillage de temps. Joey, l'homme qui voulait être sur TOUTES les photos et serrer plus de paluches que Maistre Chirac chantant au milieu des gens c'est toutefois la classe atomique. Un petit rappel sur l'épuisant tututu-tuuuh (à peu près 153498 vidéos merdiques ont été chipées, tape toitube) et puis c’est fini de cette soirée mortelle.

À demain Carcassonne pour le retour de la volcanique Olivia Ruiz ?

1 voir TRUST [Fra] + DIDIER VARELA [Fra] à Montpellier, Rockstore le 01/03/17 et TRUST [Fra] + DIDIER VARELA [Fra] à Montpellier, Rockstore le 02/03/17.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

indie pop rock israël psychédélique cd
fanzine littérature dessin photo poésie
tourneur bava reeves demongeot peplum marathon