Chroniques concerts
16
Oct
2018
punk rock france les sheriff concert

Le lendemain d'une très chouette soirée à la Secret Place 1,

après une petite course dans les bois bien évidemment jonchés de saloperies en tous genres pour le plaisir des yeux (la pluie fera tout partir, c’est bien connu), nous filons vers La Parenthèse où nous n'avons pas mis les pieds depuis une paye 2.

 

Après une splendide intro, c’est l’impayable BOB'S NOT DEAD qui monte sur scène avec son répertoire toujours irrésistible, autant que sa besace à sarcasmes toujours à la disposition d’un public qui ne s’y attend pas forcément au vu des réactions de ceux qui pour la première fois assistent à un de ses concerts. Voilà, je cite Maman, un « emmerdeur public » au cœur tendre et auquel personne ne peut vraiment résister, le numéro du rappel est devenu un incontournable, si simple et pourtant tellement bien pensé, mais pas besoin de panneau pour avoir envie de grappiller une paire de morceaux supplémentaires, BOB on t’aime et pis c’est tout. [Et en plus on retrouve ton Laguiole ! Faut tout faire ici !]

Le rock alternatif, festif, fusion et cuivré de la BRIGADE narbonnaise n’est pas forcément le kif de la maison mais il faut pourtant reconnaître que sa tenue de scène se révèle exemplaire, que l’on sent dans le groupe une véritable envie de bien faire et une osmose ; pour ceux qui aiment les citations, on pense aux grands frères de GOULAMAS’K, LA MANO NEGRA, vous voyez un peu le genre : en gros du dansant, de l’énergique, du positif qui remporte tranquillement les suffrages d'une bonne partie du public. Veuillez noter qu’un album est sorti cette année, qui plus est en vinyle, les fans apprécieront et on tentera de notre côté de vous dire ce que l’on en pense à l’occasion (c'est fait, voir LA BRIGADE DU KIF [Fra] En bas de chez toi (Chagooprod - 2018)).

On se demande bien à chaque fois ce que l'on va bien pouvoir dire à propos des SHERIFF que l'on suit depuis une éternité 3, que l'on a vus à de nombreuses reprises, car c'est toujours la même recette qui fonctionne à tous les coups : un tempo généreux, une bonne humeur communicative, un message qui ne se prend généralement jamais la tête et une voix inimitable, tout ça balancé dans un creuset punk rock à la française dont on connaît la moindre des paroles par cœur et qui, après le premier battement de charley, déclenche un incendie à la Néron dans la fosse devenant en une seconde une piscine remplie de requins dans laquelle se précipitent des fous montant sur scène pour s'escamper sur les plus grands (c’est vraiment trop injuste) que ceux-ci rattrapent ensuite dans leurs petits bras musclés. Un monde rude mais joyeux qui rend un hommage systématique à une icône du rock français. Malgré les changements de line-up et les modes qui passent et qui repassent, les SHERIFF restent des artificiers hors pair, on a chanté et on a ri à la chaleur des missiles.

Merci !


Spéciale Ged-y-casse à Phil pour le sésame, à Anaïs et Oriane pour la tendresse et à une grande partie des autres dans un pogo qui est sûrement un des plus violents de l'année pour le vieillard qui tape ces quelques lignes, quelques cicatrices de guerre (franchement, c'est quoi un orteil à côté du plaisir ultime du pugilat ?) et une bonne rigolade plus tard, un demi- (ça suffit) sourire éclaire toujours le visage fripé de votre non-serviteur.

P. S. : cet article aurait dû être accompagné de photographies comme tous les autres, si seulement quelqu'un avait bien voulu répondre à notre demande d'accréditation… Après tout, on le dit souvent, ce n'est pas pour nous que nous faisons tout ça, comprenne qui pourra.

1 voir THE HYPNOTUNEZ [Ukr] + THE EASYMEN [Fra] + THE RASCAILLANS [Fra] à Saint-Jean-de-Védas, Secret Place le 12/10/18.

2 voir CHANSON PLUS BIFLUORÉE [Fra] à Servian, Parenthèse le 22/03/15.

3 des tonnes d'articles sont à trouver sur le site, tu n'as qu'à cliquer csur le nom du groupe en rouge !

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

thugs indie punk rock pop france vinyle