Une petite contribution ?

Chroniques CD
20
Mai
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Il est un temps dans les années soixante-dix où les groupes qui mènent la danse sont des pompiers progressifs remplisseurs de stades avec shows gigantesques, clinquants et kitsch.

Mais de micro-tornades se sont abattues sur les aventuriers de l’underground : MC5 et les STOOGES, le VELVET UNDERGROUND de Lou Reed et un peu plus tard les NEW YORK DOLLS. Ce retour au rock spontané et intense pousse les faux frères RAMONES à monter un groupe dont d’autres influences telles que BEACH BOYS et BEATLES ne tarderont pas à forger un alliage inaltérable : les guitares abrasives , les tempos rapides et les refrains bubble-gum, les compteurs bloqués à deux minutes et des bananes, le look cuir et jeans déchirés, le punk rock originel est là, tout neuf, Blitzkrieg pop mec !! Et, merci au créateur (cornu) de toute chose : les RAMONES ne s’amuseront pas à aller explorer la science-fiction ou les messages politiques pour écrire leurs textes, ceux-ci se limiteront au quotidien sous un angle souvent acide, le désarroi de la jeunesse, la drogue, les films, New York, des histoires simples qui ressemblent finalement à leurs auditeurs, ni plus ni moins. Et c’est ce qui va faire des RAMONES une légende et une immense inspiration pour des milliards de groupes, punk ou pas. Les vingt-neuf minutes d’origine se voient ici remasterisées et augmentées de huit titres bonus, en général des démos un poil plus crues que les versions album, forcément. Un classique incontournable, livré ici avec un livret épais et de quoi lire, ce qui change un peu des multiples rééditions pourraves, ainsi qu’un fourreau en carton complètement inutile. Hey ho let’s go !!

 

PS : le relecteur des textes, pour ce Blitzkreig, mérite une bastonnade en place publique suivie d’un frottis aux orties, pour un tel manque de soin c’est la moindre des choses.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac