Chroniques CD
08
Oct
2005

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Ah le Jägermeister !

Equivalent teuton du Jack Daniel's pour les États, combien de fois son image s'est-elle vue détournée au profit de visuels, plus ou moins réussis d'ailleurs ?

Passons sur celui-ci pour constater à travers le livret des évocations dans les textes des légendes germaniques, des poètes allemands (ach Goethe, c'est la Spitzenklasse oder ?) et des vikings et blablabla. Quand le sticker, habilement apposé sur le boîtier, annonce du « thrash allemand qui réconciliera les fans de metal extrême et de RAMMSTEIN », il devient la preuve évidente que le mensonge ne tue pas, vraiment.

Car mes agneaux, ce n'est pas à cette équation qu'il faut s'attendre en réalité mais bien à une sorte de délire électro-indus / metal de taverne, simili-martial, groovy et dansant pour les fans de baggies multicolores. Car, également, on peut reprocher en toute mauvaise foi tout ce que l'on veut aux berlinois de RAMMSTEIN, une voix grave en allemand ne résume pas le groupe ni ceux qui opportunément s'en réclament.

Nous n'avons pas écouté le même thrash, c'est moi qui vous le dis. 66,6% de foutage de gueule, au minimum.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac