Chroniques concerts
08
Nov
2011

[Publié à l’origine dans Abus Dangereux N° 121] 

 

C’est au pied d’un immense cyprès, les yeux braqués vers le ciel après une méchante tempête que les zélotes dévoués au Teufel-indus vont se diriger, étrange caravane, vers le Rockstore qui faillit la veille périr noyé à l’instar d’une grande partie de Montpellier. Dans le sud on n’aime l’eau que dans certains cas, par exemple le pastis et accessoirement la douche. Diluvien faire un p’tit tour à la maison, y a d’la flott’ d’Antigone à la Mosson...! 

 

Trève de poésie, l’arrivée devant un parvis désert, sans une seule affiche estampillée KMFDM, c’est louche. Et pourtant non, pas d’annulation, S. M. remplace juste TAMTRUM sur l’affiche, sinon rien à signaler. C’est un duo timide habilement camouflé derrière des binocles noires qui se présente : un guitariste chanteur et un athlète dans la discipline du clavier acrobatique. En effet pas moins de quatre pianos sans queue dont la plupart sont montés - véridique - sur des ressorts pour un effet gigote assuré. Musicalement S. M., peu loquaces (c’est limite si on apprend le nom du groupe), gratifient le public d’une salve d’hell-ectro goth metal puissant où s’apostropheraient à grand bruit les SISTERSBAUHAUS, on a chacun un groupe en tête... Bien qu’intense et orthodoxe, la prestation laisse un goût de déjà-entendu, la folie n’est pas pour tout de suite au sein des soixante (j’ai compté) pelés présents. 

 

La folie, la vraie, arrive dès l’entrée dans l’arène des pionniers allemands de l’indus métallique, KMFDM ! Longtemps oubliés dans le sud de la France, on peut au passage râler quant à seulement 250 (j’ai pas compté) personnes dans la salle. Le groupe est décidé à faire péter les watts, est éclairé par un technicien inspiré, et sonorisé par Thor lui-même, c’est sûr. Les plus rock’n’roll des illustres industrieux (un vrai groupe de musiciens sur les planches est à la scène ce qu’est un vynile pour les disques) délivrent un set surpuissant, rappelant toujours LAIBACH et MINISTRY dans une gigue mécanique avec le Diable. Quel charisme et quelle énergie ! Kill Mother Fucking Disco Music ?! 

 

Spéciale Ged-y-casse à D’elf, œil mécanique de charme et d’exception à retrouver sur son site www.elfie666.com et au frangin Carré d’As, retrouvé par hasard au coin d’une chope.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

matteo garrone roberto saviano gomorra film
exhumed gore brutal death grind cd