Chroniques CD
02
Sep
2017

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

On a beau n’entraver que dalle à l’espagnol,

IMPUREZA reste dans nos petits papiers un des tout meilleurs groupes de death metal français depuis que nous le connaissons 1, l’originalité des incrustations flamenco de toute beauté, le formidable bagage technique de ces bonhommes et le soin apporté à l’emballage (cette pochette de Johann Bodin est absolument splendide !) font de La Caída de Tonatiuh un des albums les plus réussis de l’année, tous genres confondus.

Les quatre « vivent » tellement leur compositions, comme le NILE des débuts pour citer un exemple d’appropriation intelligente d’un climat et d’une époque (ici la colonisation espagnole de l’Amérique et la chute du dieu Soleil), que personne ne pourra rester indifférent devant un tel travail qui tient du rock progressif autant que du moissonneuse-batteuse metal.

Le duo basse / batterie est à la fois métronomique et inventif, la guitare joue le laminoir impitoyable aussi bien que la mélancolie et la finesse de la six-cordes espagnole, le chant suit d’ailleurs le même chemin en alternant hurlements de goule affamée et mélopées claires mais pas déplacées, tout est, justement, minutieusement à sa place (une voix féminine, des percussions et même un violon viennent d’ailleurs mettre leur grain de sel), sans que l’on puisse expliquer cette incroyable osmose de deux cultures qui ne demandaient visiblement qu’à se télescoper en un feu d’artifice de passion et de guerre.

Et l’hommage magnifique au disparu Paco de Lucía montre une fois de plus la valeur et le bon goût de ces musiciens, à coup sûr et à chaque fois conquistadores de nouveaux adeptes d’un metal aventureux et néanmoins garant des Tables de la Loi du genre. Hourra.

Également sorti en double vinyle, on aurait aimé avoir gagné au loto pour se le payer, mais pour ça il aurait fallu que l’on joue.

1 afin de lire plein d’autres chroniques sur le groupe, clique juste sur son nom en rouge.

https://impureza.bandcamp.com/album/la-ca-da-de-tonatiuh

 

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

western spaghetti eurowestern artus
sampler cd osmose black death thrash metal
harald reinl edgar poe gothique bluray