Une petite contribution ?

Chroniques CD
25
Juil
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

On passera sûrement l’éternité sur le débat METALLICA ou MEGADETH.

Mais si quelque chose est sûr c’est que ’TALLICA ont beau faire les malins avec des Kill’em all pseudo-sanglants en 1983, c’est MEGADETH qui emportera sans problème la palme de la violence froide en cette bonne année 1985. En effet on retrouve sur ce premier opus la preuve que tuer c’est leur boulot, et que ce boulot, ils le font divinement bien. Si ce n’est une production, malgré un décrassage moderne, vraiment à la limite du moisi, on tient avec Killing un putain de classique du speed / thrash metal. La vitesse supersonique des instruments, la technique déjà effarante des mercenaires et la voix déjantée du père Mustaine provoquent à tous les coups des envies de meurtre et en cas d’accalmie une profonde mélancolie. La personnalité un poil torturée de son leader fait de MEGADETH un groupe à forte expressivité, ces morceaux n’en sont que plus crédibles, plus "humains". Et son éviction de METALLICA, qu’il ne digèrera jamais, nous donne l’occasion d’entrevoir sa version des faits avec un Mechanix (le jumeau épileptique de The four horsemen) totalement furibard. Un mauvais point, même sur cette version venue d’Argentine, c’est d’avoir squeezé These boots, la reprise grinçante de Nancy Sinatra qui valait son pesant de cacahuètes. Mais mon petit pote, si tu avais la version originale en vinyle (chronique de la version LP ici : MEGADETH [Usa] Killing is my business... 12’’ (Bernett Recs / Musidisc) 1985), tu saurais te débrouiller. Et toc.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac