Chroniques vinyles
20
Juil
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

MOTÖRHEAD n’avait pas signé avec Iron fist le chef-d’œuvre que son public attendait l’année précédente.

Pire, « Fast » Eddie Clarke s’était fait la malle juste après sa sortie, mettant officiellement fin à l’âge d’or (ah bon ?) et obligeant le duo restant Lemmy / Philthy à recruter en urgence un nouveau guitariste, ce sera le virtuose Brian Robertson (ex-THIN LIZZY). Et le groupe de se fendre ensuite d’un superbe album, doté d’abord d’une couv’ Petagno 1 absolument géniale, mais surtout d’une liste de onze morceaux où la balance entre hard rock punky et heavy metal racé est terriblement équilibrée, même si la plupart des titres ne sont pas devenus des classiques du groupe, quelle pêche et quelle précision dans l’exécution !!! Back at the funny farm, Shine, Dancing on your grave, Marching off to war ou I got mine sont des tueries rock’n’speed que chacun devrait redécouvrir en cas d’appétit pour du décibel de qualité. Un des cinq meilleurs albums du groupe, tranquille, et pourtant qui n’annonce pas que du bon pour le groupe quand les inévitables frictions stylistiques - entre autres -  avec Robertson semblent condamner MOTÖRHEAD à une nouvelle impasse relationnelle. Demain est un autre jour, mais sûrement bien moins parfait que celui-ci.

1 pour en savoir plus sur le boulot de l'artiste, voir Orgasmatron – The Heavy Metal Art of Joe Petagno (Feral House – 2004)

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

municipal waste crossover thrashcore cd
frédéric dard roman drame thriller hambourg
hardcore beathdown death metal canada cd
comédie française raymond devos
bukowski néo nu metal france cd