Une petite contribution ?

Chroniques vinyles
22
Nov
2010

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

[Publié à l’origine sur Dead Fucking Church M’Aaagh # 9]

L'âne de Buridan c'est pas super mon truc, quand le choix se fait compliqué, je n'en fais pas. Donc entre les deux versions hyper collector de 50 copies chaque en rouge (moi j'aurais dit bordeaux mais bon) splatterisé en noir ou blanc marbré, j'ai pris les deux, et toc. Les 400 copies qui restent sortent en noir classique. Décidément je ne sais pas ce qui m'a poussé à faire ça (sauf qu'ici le prix était le même pour toutes les versions si vous voyez ce que je veux dire...) mais voilà, hop, sur la platine les deux galettes qui ô surprise ont le même programme gravé dessus, c'est-à-dire le Nightmare city de BLÜDWÜLF, nominé aux Grammies du nom le plus incroyablement débile, un punk / thrash ravageur qui rime plutôt pas mal avec un café de Tonton Jean-Claude, du genre celui qui te met le palpitant à 400 battements la minute, qui te fait battre les guiboles plus vite que MORTICIAN et sa boite à rythmes. Autant dire que ça pète bien. Quant aux japonais de PARASITE, ils ne sont pas en reste avec Megiddo, leur titre rien qu'à eux, et envoient un rock'n'roll thrashpunkifié pour un bienfait immédiat au niveau humeur. C'est cradoc mais une sacrée guitare se dissimule sous les crêtes, et carré de chez carré, ce morceau bastonne, même en mid-tempo. Produit totalement underground avec une pochette imprimée au verso et c'est tout, pas de mention sur le disque genre le nom du groupe, on se casse pas le tronc avec les détails. Et en fait, ce n'est pas plus mal puisqu'on s'en tamponne.

http://www.myspace.com/bludwulf

www.myspace.com/parasitehardcore

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

blue oyster cult hard heavy metal cd box