Chroniques romans
15
Mai
2015

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

600 coups par minute :

voilà la cadence du chant mortifère du fusil d’assaut russe tristement célèbre AK 47 (C’était ça ou la cadence d'un batteur de grindcore). C'est à cette vitesse qu'on arrose donc un fourgon blindé à la Kalachnikov, mais si on veut faire de l'oseille rapidement, on peut aller encore plus vite, par exemple en vendant des armes aux truands plutôt que de les utiliser soi-même. Quitte à frayer avec de dangereux requins, c’est l'idée qui passe par la tête de Farid, galérien notoire et soudain « corse » de substitution. Ceux qui se sont toujours essuyé les pieds sur sa pauvre personne risquent fort de le regretter même si l’aventure peut également coûter très cher à celui qui la vit. La « Comédie humaine » perso de Frédéric Paulin continue, tous ses romans sont en effet reliés par une sorte d'arbre généalogique, on retrouve donc dans celui-ci un Laïfaoui comme dans La Grande peur du petit blanc déjà chroniqué dans ces pages, on cite même les Gascogne au détour d’une page… Mais en vérité, tout ceci n'a pas grande importance dans ce récit pied au plancher où se bousculent dans un business sans pitié des trafiquants d'armes tristement célèbres depuis les guerres fratricides de l'ex-Yougoslavie, des islamistes radicaux en manque d’action et autres cailleras de cités aux dents longues, sans oublier les différents services de police et de gendarmerie aux trousses des pourvoyeurs de mort. Et un grand plaisir de lecture sera au rendez-vous, on recommande encore une fois l’univers de Fred Paulin.

474 pages, 18 €

ISBN: 9782918647355

© GED Ω - 15-05-2015

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

punk rock france les sheriff cd
funeral bitch speckmann death metal usa vinyle
grindcore death metal brutal truth concert morgue