Chroniques concerts
14
Mai
2018

Aaaaargh le rendez-vous boucherie sonore est enfin arrivé,

c’est aussi l’anniversaire de l’ami Thierry mais aussi l’attaque des moshtiques quand nous arrivons avec le retard qui rend dommage le fait de ne pas avoir vu plus de morceaux de VÉNÈRE mais on réussit quand même à capter le dernier morceau avec la cam’ et des photos que vous pouvez trouver dans le département galerie photos de cet auguste site. Pour faire vite, VÉNÈRE défonce plutôt pas mal les rares pignoufs qui s’aventurent dedans et comme on est les premiers à revendiquer le masochisme le plus radical, on y laisse, rime, une partie des cervicales.


Les espagnols de SICKSIDE envoie un grinding hardcore assez brutal chanté dans sa langue natale, ô joie de voir que les sauvages commencent à daigner entrer guincher avec les pit-écanthropes habituels, faut dire qu’il y a du beau monde ce soir, on se connaît quasiment tous, ce qui n’empêcheront pas certains de venir nous les râper avec les toujours agréables coups de poings dans le dos, faut vraiment être une lavette pour exercer dans le style mais c’est comme ça, ce ne sont pas les derniers traîtres que l’on croisera. SICKSIDE œuvrera en crescendo, la fin déboîtera particulièrement et faudra se rappeler d’écouter un peu plus de leur répertoire studio.  

GROSSEL est un nom absolument parfait, comme ne pas se marrer à cause de la mention « Guérande » juste sous leur nom ? Et, effectivement, les plaies s’accumulent avec force mosh / pogo / réception de débilos affublés d'artefacts qui ne le sont pas moins, et les horribles déflagrations dont le groupe se rend responsable (parfois entre MORTICIAN et les vieux AGx, UNHOLY GRAVE, ROT & Co.) n’arrangeront rien à ce bleu qui va si bien avec les T-shirts jaunes désormais légendaires. On a l’impression que plus ça va, plus les groupes bombardent, c’est le cas, mais surtout dans la tête, maître Picon s’en emparant peu à peu sans vergogne.

Dans la série des patronymes splendides, les strasbourgeois de HAUT&COURT se posent là et on a droit avec eux à une tornade de grind torturé et mâtiné de crust et autres trucs bruyants et pas gentils du tout, donc moins de vieille école au programme mais plus de technique et de précision, là aussi on sent le raisiné dégouliner des feuilles tant ces personnages ne sont pas là pour compter fleurette mais bien pour tout fracasser comme les copains précédents. Et ils y parviennent indubitablement, marrant de ne jamais avoir entendu parler d’eux avant ce soir, une enquête de plus à prévoir.    

L’attentat sonore qu’est systématiquement un concert de WHORESNATION laissera beaucoup de monde sur le carreau (votre non-serviteur par exemple, ce n’est pas pour autant qu’on y restera, sur le carreau, on est du genre cinglé à Montpell’yeah, tu notes ?!) avec une prestation effrayante de pur grindcore du genre implacable : le death, le crust, le punk, tout ça dans un mixeur lancé vitesse blast-beat dans lequel on appuie très fort ta tête de toute façon pas vraiment réussie. Le bruit que font ces gens-là est proprement inhumain, mais il nous fait jouir. Essayez donc le petit dernier, Mephitism, qu’il nous faut au plus vite tant ça bastonne toutes les grands-mères de l’univers.

Un vieux rêve que celui de voir les vétérans PUTRID OFFAL, les CARCASS français, fouler les « planches » d’une salle pas loin. Et là ils jouent quasiment à la maison !!! Une branlée monumentale nous est assénée non sans humour et camaraderie, la folie sanglante étant toutefois toujours au programme comme chez les formidables HAEMORRHAGE. On a rien écouté du groupe depuis les vieilleries et il va death-y-dément falloir gratter des tickets de jeu pour se payer tout ce qu’on veut de cette affiche de rêve. PUTRID OFFAL = tuerie totale et absolue, vainqueur subjectif par KO, aaargh !

Éternels merci à la famille Marquer, la TAF, Xavier, Vinz et à tous les vilains-pas-beaux qui se reconnaîtront forcément ! Grind your life !

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.