Chroniques CD
11
Mai
2018

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Mais ouais, mais alors tellement ouais…
FIXED UP enfin proprement réédité dans un chouette digifile dont Nineteen Something (de vrais héros à saluer, toujours) a death-y-dément le secret, seize titres piochés dans les six EPs qui ont jalonné les sept petites années d’existence de cette - énième - bombe havraise + le titre Fixed Up extrait de la compilation Eyes on you.

Depuis les australiens (SAINTS, RADIO BIRDMAN) avec lesquels de nombreux normands ont toujours d’étranges connections soniques, le pub rock le plus volcanique (FEELGOOD & Co.) et les deux premiers LITTLE BOB STORY, on n’avait pas entendu quelque chose d’aussi entraînant et bien foutu.

Who is innocent ? entame une tracklist remuante entre énergie et remous sentimentaux, le tout sur un tempo à faire stage-diver les défunts. Mettons un cocktail succulent entre high energy, rhythm & blues et garage punk blues, le bonheur rangé dans un petit objet également dispo façon numérique pour les dématérialisateurs de service.

Un livret, vêtu d’un fort seyant perfecto, accompagne le CD et contient un long texte signé Alain Feydri, le monde est toujours aussi petit pour les humains de bon goût. Pour revenir à la musique, personne ne devrait passer à côté de ce trésor pas si oublié que ça.       

https://nineteensomething.fr/2015/12/28/fixed-up-who-is-innocent/

 

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.