Chroniques concerts
10
Déc
2013

Pourquoi ? 

 

Oser la découverte, aller en « terre inconnue » mais pas comme à la télé chez les papous bien rangés devant la caméra pour faire pleurer les chaumières, emprunter les sentiers glissants, fuir la facilité... Et raquer sa place pour un concert organisé par Lost Pilgrims parce que ce sont de bons gars même si on ne connaît pas les groupes à l’affiche. Montrer son soutien, aider à ce que les choses bougent et perdurent, bousiller ses cervivales, siffler les fûts, sortir putain ! Abhorrer les médias, les faire soi-même, jouer dans des groupes, écrire dans des zines, filer la main aux organisateurs, voici quelques arguments pour expliquer une présence là, dans le creuset de l’enfer des death-y-b’Hellz, à devenir sourd devant des inconnus. 

 

HORROR VACUI délivrent soudain un punk / hardcore avec parties thrash / death, basé sur les riffs, les trois cordistes ont l’osmose, le batteur une énergie de dingue et le chanteur la volonté de ne jamais chanter sur la scène mais au milieu d’un public qu’il bouscule à loisir. Putain de groupe qui ne devrait pas être si éloigné du collimateur de la Church, on veut en savoir plus, et vite. Argh ! 

 

Signé chez l’ami Fred de Basement Apes IndustriesANORAK commet bruyamment un conglomérat musical brutal aux effluves hardcore, grind et néanmoins rock’n’roll qui ne laisse pas indifférent, on devrait également penser à se renseigner au sujet d’un groupe détonnant inconnu de nos services death-y-dément à la ramasse. On se reverra à Amiens si chance au prochain passage en terre picarde. 

 

Le dernier groupe, THE RODEO IDIOT ENGINE, se révèle très visuel malgré les saloperies de strobos (Qui aime ça bordel ? Quelle horreur !) mais moins accrocheur que les deux précédents, arythmé à souhait, bof, ici on aime moyennement le free-core (Ha !) même si en public bien éduqué on reste jusqu’au bout. Jeter une oreille sur un disque donnera peut-être les clés pour mieux y comprendre dans ce magma sauvage ? 

 

A noter pour le plaisir des œils un véritable festival de Les Paul très à la mode chez les brutes épaisses, visuellement c’est beau et vintage. A bientôt chez le Mouton Noir ! 

 

Spéciale Ged-y-casse à Tara pour être une des femmes les plus rock’n’roll de la planète.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

blackadder rowan atkinson série télé