Chroniques concerts
12
Déc
2017

Et c'est reparti pour un tour malgré les doutes et les appréhensions

suite à la polémique de Fréjus - qui commence certes à dater mais n'en finit pas de diviser - et tous les échanges plus ou moins constructifs qui avaient suivi. Nawakulture s'était engagé comme chaque année à couvrir l'évènement, donc pas de question mais de l'action, on verrait bien sur place ce qu'allait donner ce samedi bien plus peuplé que la veille 1.

Les marseillais de WARRIOR KIDS, déjà là l'année précédente 2, entament leur set avec une gentille dédicace à SHOOT THE DOGS malheureusement absents ce soir, autant dire que ça commence par un gros morceau, le trio marseillais livrant un set carré et chouette où rythmes ramonesques, gros chœurs, breaks ska et mélodies entêtantes ont la part belle, sans parler de l'accent qui chante, même en anglais. Death-y-dément la voix de Marc est pour beaucoup dans le plaisir pris à l'écoute, de quoi se demander ce que contient cette mystérieuse flasque ? On notera pour finir que les sourires des gens qui entrent dans la salle sur l'air d'Allez vous faire enculer sont magiques, merci pour tout ça !

Les lorrains de CHARGE 69 ont intérêt à assurer et ce sera le cas même si perso on trouvait les marseillais musicalement plus fédérateurs (le sud, le soleil, tout ça quoi). CHARGE 69, c'est du pur punk rock à la française à la saveur de la charnière 80 / 90 avec de gros refrains et des chœurs costauds balancés par un quatuor hyper énergique : un bassiste zébulonesque, un batteur genre bûcheron, un gratteux dandy (vu avec J'AURAIS VOULU) qui riffe solide et un chanteur sacrément motivé, de quoi faire un set qui attire un max de gens dans la salle, dommage qu'ils soient si statiques devant de véritables hymnes au pogo (Génération sans repère, bordel !).

SHAM 69, enfin du moins un des SHAM 69, celui du guitariste original Neil Harris (si c'est pas la rock'n'roll swindle que de tourner avec le nom d'un groupe divisé en plusieurs moutures !) donne ce qu'il a à donner, c'est-à-dire un punk rock oi! parfumé aux gueulantes de stades de foot qui occasionne - enfin - quelques menus pogos, et même des échanges d'amabilités, c'est chouette mais sans véritable plus, malgré un très bon et très jeune six-cordiste, on attendait un putain de coup de boule en pleine gueule, on a juste droit à un gentil soufflet, à la limite du tribute-band, avec tout le respect qu'on ne doit à personne si on peut se faire maître. Ceci dit, l'auditoire apprécie, tant mieux pour lui, pas vrai ?

L'objet de toutes les questions, LA SOURIS DÉGLINGUÉE, le muridé maudit de Paname dont on n'a jamais été super fan car un peu trop varié et pas assez brutal à notre goût, assure la fin de soirée devant un parterre fervent et où règne une mixité assez rare dans un milieu souvent visé pour son uniformité de comportement ou de look. Jeunes et vieux, blancs et colorés, filles et garçons connaissent manifestement tous les morceaux et chantent avec des étoiles dans les yeux, le tube Weekend sauvage prend bien sûr une résonance particulière, entre autres pour cette dixième édition du festival, Waiting for the man un peu moins même s'il surprend les quasi-néophytes. Cœur de Bouddha (Mais toi qui connais la race et l’histoire, Tu devrais savoir au moins ça, C'est pas les allemands qui l'ont inventée, La croix, la croix, la croix gammée...) est aussi un grand moment.

Spéciale Ged-y-casse à Anaïs, Anna et Bougli, François et ses béquilles, et toutes les personnes qu'on retrouve toujours avec plaisir, doit-on vraiment ajouter « à l'année prochaine ? »

 

1 voir Weekend sauvage #10 - jour 1 : GBH [Uk] + SQUELETTE [Fra] + BROMURE [Fra] + 1984 [Fra] + RAT-ZINGER [Spa] + KCUF FACTS [Fra] à Saint-Jean-de-Védas, Secret Place le 08/12/17.

2 voir Weekend sauvage #9 - jour 2 : WUNDERBACH + R.A.S. + WARRIOR KIDS + KIDNAP + LES PHACOS [Fra] à Saint-Jean-de-Védas, Secret Place le 10/12/16.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac