Une petite contribution ?

Chroniques concerts
23
Oct
2018

Et bam, faut bien que vieillesse se passe,

coucher à cinq heures quinze, lever à moins de dix, voilà un agenda rock’n’roll au possible après un concert ébouriffant la veille au Black Sheep 1.  

L’arrivée à la TAF, les bonjours de rigueur, le constat d’une plutôt bonne affluence même si on aurait pu beaucoup mieux faire si la date n'était pas tombée un dimanche, jour à prétexte pour 99,9 % de la population de rester chez soi.

Et puis hop, il y a une certaine logique dans la suite de ce week-end, après LES LULLIES avec qui ils partagent des membres (n’y voyez rien de grivois hein ?!), ce sont LES GRYS-GRYS qui ouvrent, comme lors du dernier passage des PRETTY THINGS en ces augustes lieux en 2016 2. Et malgré un manque certain de folie générale (est-ce l’absence du chanteur qui la cause ? Ou n’est-ce qu’une impression tenace ?), le groupe se révèle une fois de plus un des meilleurs pourvoyeurs de néo-rhythm and blues / rock’n’roll du moment, les compositions les plus sauvages du répertoire remportent immédiatement nos suffrages et si ce n’est pas toujours le cas pour le reste, on ne peut que vous conseiller d’aller écouter un disque des montpelliérains pour vous faire une idée, ça vous changera des consignes.    

C’est vrai qu’ensuite nous sera infligée une loooongue attente mais pour la peine certains sont venus pour faire dédicacer de sacrées piles de disques et les musiciens s'y prêteront de bonne grâce et avec le sourire, donc pas d’offense. Boom, quand les mythiques PRETTY THINGS déboulent enfin pour leur dernière prestation chez nous, tournée d’adieux oblige, ils mettent les petits plats dans les grands avec un set très varié d'un peu moins de deux heures tapant quasiment dans toutes les (très) différentes époques et livrent un set aussi émouvant que rentre-dedans, gorgé de passion et de feeling, si bien qu'on a du mal à se dire qu’on ne verra plus tout ça et on imagine au passage la peine de ceux qui les ont vus en…1966 (n’est-ce pas Alain ?) ou même après, de voir partir Les Jolies Choses à la retraite. On ne gardera tout de même pas en tête les images d’un enterrement mais bien celles d’une véritable fête du rock’n’roll, d’une époque certes révolue mais éternelle en son essence, n’y a plus qu’à remercier Dick Taylor, Phil May et les autres pour avoir été et rester la bande originale d’une bonne partie de notre vie rock, les PRETTY THINGS ne mourront jamais ! Get the picture?

Spéciale Ged-y-casse à Tara pour l’aller (et aussi pour l’accueil, Pierre itou !) et Henri pour le retour (long time no see, c’était cool !), à Alain Petit (see ya in Avignon !) et Manu, et ceux qu’on oublie, injustement ou pas, on rentre dormir, c'est pud'notre âge ces conneries.

1 voir LES LULLIES [Fra] + LA FLINGUE [Fra] + THE SCANERS [Fra] à Montpellier, The Black Sheep le 20/10/18.

2 voir THE PRETTY THINGS [Uk] + LES GRYS-GRYS [Fra] à Saint-Jean-de-Védas, Secret Place le 02/07/16, mais on a aussi en stock THE PRETTY THINGS [Uk] + THE BACKSLIDERS [Fra] à Saint-Jean-de-Védas, Secret Place le 29/11/13.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

blues rock punk mooonshiners france
mudweiser heavy stoner rock france cd