Une petite contribution ?

Chroniques concerts
07
Mai
2022
mosh fest montpellier grindcore hardcore concert

Même avec une nouvelle canne dans l'inventaire, la Dumarquer Powerteam atterrit over the Mosh Fest septième du nom, voici le volume 1 de notre récit !

Avec CIVILIAN THROWER loupé pour cause horaire, c’est PUTRID OFFAL - et ses pochettes d'hémoglobine - qui entame pour nous les hostilités : une intro et les blouses sont en place, le carnage death / grind du Nord, dans une lignée CARCASS / GENERAL SURGERY sans forcément faire dans la redite bavarde, bombarde méchamment, pas de raison que les choses changent quand on fait les choses bien, ses chanteur et bassiste dégagent une aura de furieux échappés d'un labo clandestin tout à fait adéquate, la vieille école ne fait pas défaut et, le public ne s’y trompe pas, ça fait franchement plaisir à voir et entendre, on note que la réédition de la première cassette est disponible ainsi qu’une bonne partie des sorties suivantes, beuargh !

De plus en plus de monde arrive et WHORESNATION montre l'incroyable puissance de son répertoire de grindcore d’école plus moderne (si on peut dire puisqu'évoquant dans le même temps les vagues successives si bien fournies en France). On dégueulera toujours sur la hiérarchie et ça tombe bien, vous ne pourrez trouver ça ici quand un hurleur balance ses paroles au sein d'un public tout acquis à ce fer de lance de la scène mondiale. Avec des morceaux à cette précision diabolique qui fait parfois défaut aux groupes du genre, l’ogre de Besançon sera peut-être le concert du weekend et son hurleur n’y sera pas pour rien. On récapitule : une machine de guerre scénique sans aucun recours à l’esbrouffe, c’est simplement CE qu’il nous fallait là. Gargl !!!

Tout s'explique !! Si le guitariste des nantais de TINA TURNER FRAISEUR (si Tristan, « un frigo déguisé en chanteuse black », c’est validable) porte des bouchons aux oreilles et que quelqu'un se demande encore pourquoi, c’est qu’il n'a jamais entendu les effroyables hurlements du Monsieur Loyal du groupe. Les singes hurleurs peuvent bien aller se rhabiller car le gang sera à coup sûr responsable des pires acouphènes de cette première soirée avec un set intense de fastcore / grindcore / powerviolence qui ne manque pas d’appelant quand il s’agit de faire croire que le tempo est humain juste avant de t’oblitérer à nouveau option pivert rempli de speed ! Il y a là de quoi aller se reposer longtemps après une telle prestation de sauvages. Naaaaaaah !!!

 

On a une tendresse particulière pour LØVVE de Tours, et pis y a pas, Rickenbacker c'est beau. Mais peut-être pas autant qu'une chemise à fruits, et encore moins que le chaos total qui s'installe de la première à la dernière seconde du set de hardcore / povver violence furax d’une chanteuse et d’un trio d'instrumentistes au top de l’efficacité. Le contraste établi entre la voix souvent claire et le mur du son magmatique a quelque chose de magnétique, on s’y pètera les cervicales de joie tout le long d’un concert toujours trop court quand on aime et que malgré tout on compte. On a droit à un final qui voit le guitariste au chant et vice versa. Peut-être le groupe le plus attendu de la soirée, en tout cas une énième preuve de sa grande valeur, on recommande à donf’ !

Pour cette première date en France depuis longtemps, les belges LENG TCH’E montrent qu’ils avaient bien nettoyé l'armement grind / hardcore (aux touches punk à la AGATHOCLES, voire même stoner) avant de le remiser because 19. Nonobstant la qualité indéniable des sets précédents, il convainc à son tour un public death-y-dement increvable, balance une série de bourre-pif razorgrind façon parpaings soniques hérissés de yaaaaah et, tant qu’à y être, accueille des invités « surprise » (Julien de BENIGHTED vient hurler pour un morceau). Comme tout ça a savaté pour un dernier set avant la fin de la première mi-temps…! Le samedi, avec son quatuor de tête de cadors absolus, fera-t-il mieux que ce vendredi gore-gantuesque ?! Tatatatattttttttaaaaaah !

P. S. : Le T-shirt Nawakulture dans un pit en plus du logo sur l'affiche en tant que putain de soutien depuis toujours, c'est la consécration pour votre non-serviteur sobre et blessé, merci à tous pour votre fidélité et ce genre de soirée mortelle (son et lumière à saluer, bravo jeune gens) et à demain ===> Mosh Fest #7 - soir 2 : BLOCKHEADS [Fra] + SUBLIME CADAVERIC DECOMPOSITION [Fra] + TEETHING [Spa] + CHIENS [Fra] + AxDxTx [Fra] + HORROR Y MUERTE [Spa] + URGULL [Spa] à Saint-Jean-de-Védas, Secret Place le 07/05/22 !

Spéciale Ged-y-casse à Skanny et Thierry, mais aussi à Vinz, Bozo, Fyfy, Baf et les autres ! Ah et comme toujours, afin de lire plein d’autres chroniques à l’occasion, clique juste sur les noms en rouge.

Galerie de photos : https://www.nawakulture.fr/photos-concerts

Chaîne de vidéos : https://www.youtube.com/c/GedDudumoshingcamdici

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

mocky ray dvd comédie fantastique policier