Une petite contribution ?

Chroniques CD
01
Aoû
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Une des grosses claques dans la gueule de la fin des années 80.

Putain le Live like a suicide avait déjà émoustillé les maisons de disques, mis le feu au cul des groupies rock et aiguisé l'appétit des journalistes en manque de groupes vivant le « sex, drugs and rock'n'roll » de façon intense. Tout le monde est servi avec ce monument de hard rock ciselé, agressif et néanmoins habité par une mélancolie tout-à-fait imparable. Que des classiques avec les Welcome to the jungle, It's so easy (spéciale Ged-y-casse au frangin Meyhna'ch), Sweet child o' mine et autres Rocket queen. Une tuerie totale que n'importe quel fan de rock pur se doit de posséder. J'aurais adoré posséder une version de cet album en 33 fucking tours avec en pochette la peinture de Robert Williams initialement prévue comme couverture officielle mais évidemment censurée par les puritains ricains. Fuck'em all, now and deeply.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac