Chroniques CD
19
Oct
2018

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

À la fin des années 90 et au tout début des 2000

une vague suédoise a soudain décidé de laisser tomber le métal de la mort en abandonnant sur le chemin l'ultraviolence et la noirceur ainsi que le traditionnel discours dédié à la mort et la destruction, tout ça au profit de guitares ultra mélodiques héritées du heavy metal des origines et de tempos beaucoup moins basés sur le rythme cardiaque d'une certaine souris mexicaine. D'aucuns choisiront l’appellation « life metal » pour qualifier cette révolution et on ne leur en voudra pas.

Est-ce pour autant la peine de dénigrer d’excellents musiciens décidés à évoluer, ainsi que leurs descendants ? MONOLYTH a par exemple pioché chez IN FLAMES, DARK TRANQUILLITY and Co. pas mal d’inspiration et comme ses maîtres sait faire parler la poudre. Passée notre appréhension quand à « l’émotivité » inhérente au courant, on note ici de sacrés musiciens / compositeurs qui, à l’instar de KRISTENDOM il fut un temps, allient puissance dévastatrice et mélodie pour livrer des compositions très réussies si, attention vieux débris, on évitera de causer des variations de chant qui nous donnent toujours autant de boutons. Question du goût, œuf corse.  

Doté d’un son costaud, A bitter end / A brave new world est un album à conseiller aux fans de metal moderne, voire de metalcore dont pas mal d’éléments sont à déceler ici et là, les morceaux sont suffisamment variés (on a même droit à une power-ballad maison, heavy-demment, on aime moins même si c’est très bien fait) et alambiqués pour botter également les fans de progressif et de gothique ouverts. Faites-vous votre propre idée en allant fureter sur le net !

http://www.monolyth.fr/

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

keith richards autobiographie rock livre
bd policier camion nationale 7
death black metal australia
sludge doom metal france cd clegane