Une petite contribution ?

Chroniques vinyles
14
Avr
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Y a-t-il meilleur moment pour un album live que de sortir après un sommet du rock ?

Car Machine head 1 est ce genre de disque et le répertoire de DEEP PURPLE une putain de mine d’or : sur deux disques s’enchaînent un Highway star de rêve à la fois speed et fluide, soutenu par une basse / batterie du tonnerre de Dieu, un Child in time perchant pour l’éternité avec une incroyable performance vocale de maître Gillan mais aussi une démonstration de force de tout le groupe lors de ce qui s’apparente à une véritable orgie sonore, la machine Smoke on the water tue tellement qu’on en verrait aussi du fire in the sky, The Mule s’inscrute ensuite dans les cerveaux pour ne jamais vouloir en sortir, surtoué enjolivé par ces enchevêtrement orgue / guitare, et cette putain de voix, et le solo de batteuse, aaargh, n’en jetez pluuuus !

Le deuxième disque n’épargnera pas plus de monde : le boogie Strange kind of woman fera bouger les popotins comme jamais avant un duel guitare / voix devenu légendaire, le détonnant Lazy se la joue jazzy avant de déchirer le silence avec un riff juste dingue, porte vers l’extase totale que ne remet pas en question le tonitruant final Space truckin’, tuerie d’une belle vingtaine de minutes qui donne à chacun des musiciens la possibilité de s’exprimer longuement et surtout le plus fort possible, au casque ça dézingue carrément, c'est peut-être bien le point d’orgue (sans jeu de mots moisi) d’un disque que nous considérons comme beaucoup comme un des cinq meilleurs albums live de l’histoire de l’univers.    

Bref, Osaka et Tokyo devaient être sur une autre planète ces soirs d’août 1972, et voici aussi le lancement officiel d’une longue série d’enregistrements…made in Japan, en particulier au Nippon Budokan de Tokyo, demandez donc entre autres à CHEAP TRICK, THE MICHAEL SCHENKER GROUP ou à S. O. D. qui leur a inspiré l’idée !

Pochette ouvrante sur des photos splittées par un soleil levant d’un orange flashy.

1 afin de lire plein d’autres chroniques sur le groupe, clique juste sur son nom en rouge.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

james bond 007 aventure espionnage
musique orientale psychédélique Israël cd