Une petite contribution ?

Chroniques vinyles
14
Juil
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Après avoir publié un 45-tours et cumulé les histoires tordues avec les labels (remember Telex…),

TRUST assène un des plus incroyables coups de marteau musicaux de toute l’histoire du rock hexagonal, ni hard ni punk, mais tellement les deux à la fois et plus, le groupe dégaine onze titres appelés à presque tous devenir des classiques (Police-miliceToujours pas une tuneLe matteurBosser huit heuresPréfabriqués, le génial L’Elite 1 etc.) et une reprise du Ride on d’AC/DC, les copains australiens du groupe. Doté d’un chanteur-parolier exceptionnel (à part les mentions historiques, rien n’a vieilli dans ses textes) et d’un gratteux au niveau des grands qui évoluent quasiment tous hors des frontières françaises, TRUST dynamite le hard, le punk, le blues avec une formule qui restera unique, personne n’a joué ni ne jouera plus tard comme TRUST. Et, en fait, personne n’a vraiment osé tenter le truc. Grâce aux textes imprimés sur la pochette intérieure vont se former des légions de fans qui connaîtront rapidement les refrains par cœur, pour une fois qu’un groupe chante en français il y a de quoi ravir les foules pas souvent au niveau pour saisir toutes les « subtilités » de l’anglais utilisé (parfois à tort et à travers dans l’Hexagone) par 95% des groupes de rock. A part TELEPHONE qui se révèlera être le seul concurrent commercial de TRUST malgré une flagrante différence de style. Y a plus qu’à bien choisir son camp quoi. Sous peine de se retrouver sous les chenilles du bulldozer qui arrive…

 

1 : voir TRUST [Fra] L’Elite 7’’ (CBS) 1980

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac