Une petite contribution ?

Chroniques CD
07
Sep
2020

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

La mélancolie, la tension, le verbe acide, THE HYÈNES sont (déjà) de retour.

Son identité immédiatement reconnaissable assoit tout de suite l’auditeur dans une ambiance résumée dans l’ironie de cette pochette : beaucoup de réflexions face à la tempête qui ne demande qu’à déferler, on prendrait presque ce goéland pour un vautour qui attend patiemment le festin à venir, quand toutes les digues pèteront, quand l’eau dépassera le niveau du gaz, quand l’overdose d’embâcles provoquera la débâcle… Ah, S’il avait fait beau

Ici-bas, les réflexions, Ça s’arrête jamais (à part peut-être chez les Johnny, va savoir !), et si Hel s’en fout, nous non, et si l’avenir s’annonce Plus dark que Vador, rien n’Efface le besoin d’en causer sans chercher à donner de bien stériles leçons, assez des faux prophètes quand il faudrait l’union, tous les Fucking mondays faudrait se masser pour empêcher pour que tout ne reste pas à la même place mais, Tu peux dormir tranquille, rien ne se passera comme il faudrait, Samo, on se contentera chacun de notre propre Verdure (dans tous les sens du terme ?)

On a en tout cas trouvé la bande originale terriblement rock de cette balade solitaire drapée dans le doute (face à la mer comme dirait l’autre), nantie de grosses guitares et de paroles en français que chacun comprendra comme il le veut bien, on ne se lancera pas dans l’explication de textes, c’est beau l’aventure, elle n’attend plus que toi. Dis, sinon, si ça te défrise, va donc « mourir à Bègles » !

https://www.facebook.com/TheHyenes

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac